Les discriminations liées au handicap et à la santé évoluent avec l’âge

Personnes handicapées

Trois millions de personnes, soit 5 % des personnes de tous âges non hébergées en structures spécialisées, déclarent avoir fait l’objet de discriminations au cours de leur vie à cause de leur état de santé ou d’un handicap d’ordre moteur, sensoriel ou cognitif.

L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié en juillet 2010 une étude sur les discriminations liées au handicap et à la santé. L’enquête souligne que les discriminations liées au handicap et à la santé sont plus fréquentes ou plus fortement ressenties parmi les jeunes de 10 à 24 ans qu’à l’âge adulte alors que les handicaps sont deux fois moins courants.

Ces discriminations peuvent revêtir la forme de moqueries ou d’insultes, de mises à l’écart, de traitements injustes, voire de refus de droits et sont plus fortement liés au type de handicap chez les jeunes. Parmi les jeunes de 10 à 24 ans vivant en ménage ordinaire (11,8 millions), 5 % déclarent être touchés par des déficiences et des limitations d’ordre moteur (1 %), sensoriel (0,7 %) ou cognitif (4,3 %), pouvant les mettre en situation de handicap. Parmi eux, 41 % affirment avoir subi une discrimination à cause de leur état de santé ou d’un handicap contre seulement 25 % des adultes de 25 à 54 ans.

Les déficiences sensorielles (visuelles ou auditives) sont celles qui génèrent le moins de discriminations (33 %) alors que 64 % des jeunes déficients cognitifs se plaignent plus particulièrement de mises à l’écart engendrant un sentiment d’exclusion contre 35 % pour les jeunes sans handicap. Les jeunes souffrant de troubles moteurs dont la scolarité a été perturbée ou interrompue pour des raisons de santé doivent faire face davantage à des refus de droits ou à des traitements injustes.

À l’âge adulte, les situations de discriminations liées à des moqueries sont moins ressenties. Pour les auteurs de l’étude, Gérard Bouvier et Xavier Niel, « assez naturellement, les personnes en âge de travailler déclarent subir plus souvent que les jeunes des refus de droit et des injustices, et moins souvent des moqueries. Les questions d’apparence sont moins fortement ressenties, et les causes des discriminations relèvent plutôt de préjugés ou de jugements de valeur sur leurs capacités ».

Parmi les adultes de 25 à 54 ans, les chômeurs atteints d’un handicap sensoriel ou cognitif ressentent plus les discriminations que les personnes ayant un emploi. La moitié d’entre eux ayant déclaré avoir subi une discrimination fait mention d’une injustice liée à la santé ou au handicap contre un quart des actifs ayant un emploi. Dans le cadre du travail, ce sont plutôt les handicapés moteurs qui déclarent avoir subi de telles discriminations.

Pour en savoir plus :

Téléchargez le document au format pdf Les discriminations liées au handicap et à la santé, Gérard Bouvier et Xavier Niel, Insee, n° 1308, juillet 2010

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum