Stimuler le langage dès la crèche pour réduire les inégalités

Petite enfance

La lutte contre les inégalités sociales doit débuter dès la crèche, en y accueillant plus d’enfants pauvres et en développant des programmes qui stimulent chez eux l’apprentissage du langage, prône lundi 13 janvier 2014 un rapport du think tank Terra Nova.

Cet article fait partie du dossier :

Action Sociale Structures d’accueil petite enfance : la nouvelle donne Voir le dossier

Terra Nova part d’un nombre : à quatre  ans, un enfant pauvre a entendu 30 millions de mots de moins qu’un enfant issu d’un milieu favorisé. « Nos décrochages – celui que connaît notre système éducatif dans les classements internationaux, celui de dizaines de milliers de jeunes quittant l’école sans qualification, mais aussi notre taux de chômage et notre faible compétitivité – se jouent dès la petite enfance, lorsque le cerveau connaît sa période de développement neuronal la plus importante », écrit la fondation proche du PS.

Pour contrer ces inégalités dans l’œuf, elle livre son « objectif principal » : « développer des places de crèches à plus haute qualité éducative destinées en priorité aux enfants de familles pauvres ». Car les publics défavorisés sont sous-représentés dans les crèches : alors qu’un enfant sur cinq est pauvre en France, c’est le cas de moins d’un enfant sur 10 (8 %) accueilli en crèche.

La fondation estime que « trop de structures favorisent les enfants dont les deux parents travaillent » et que « les enfants issus de foyers vivant sous le seuil de pauvreté, et notamment de familles mono-parentales, devraient être les bénéficiaires prioritaires des politiques de petite enfance ».

Elle recommande donc de créer de nouvelles places de crèches en priorité dans les quartiers les moins aisés et de donner la priorité aux familles défavorisées dans l’accès aux places de crèches.

En outre, Terra Nova pense que la crèche doit être conçue non seulement comme un mode de garde, mais comme un lieu d’éducation, axé sur l’apprentissage du langage.

« Il ne s’agit nullement de vouloir mettre les bébés à l’école ou de les faire travailler, mais d’utiliser les résultats de la recherche scientifique, qui indiquent qu’une stimulation précoce de l’enfant a des effets positifs démultiplicateurs sur le reste de sa vie », note-t-elle.

Une crèche à « haute qualité éducative » propose par exemple des séances de lecture interactive en tête-à-tête avec l’enfant, des repas où tout ce que l’on fait est décrit à voix haute…

La dépense publique induite par ces recommandations peut être financée « en réduisant du même montant des dépenses peu efficaces de la branche famille », selon Terra Nova, qui cite notamment les allocations familiales versées sans condition de ressources.

 

Texte de référence : La lutte contre les inégalités commence dans les crèches, Terra Nova, par le groupe de travail présidé par Olivier Noblecourt, et composé de Suzanne de Bellescize, Laurent Evenos, Liem Binh Luong Nguyen et Arthur Muller, janvier 2014

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum