Établissements médico-sociaux : le gouvernement arrête un nouveau plan de lutte contre la Covid-19

Sanitaire et social

Les autorités sanitaires ont élaboré un plan de lutte contre l’épidémie dans les établissements médico-sociaux hébergeant des personnes à risque de forme grave de Covid-19.

En application d’une décision du Conseil de défense et de sécurité nationale du 23 septembre 2020, les mesures de protection nationales sont renforcées dans tous les établissements médico-sociaux hébergeant des personnes à risque de forme grave de Covid-19, notamment des personnes âgées, et dans les unités de soins de longue durée (USLD), quelle que soit la situation épidémique de leur territoire. Le gouvernement a donc publié, le 1er octobre 2020, un « Plan de lutte contre l’épidémie de Covid-19 dans les établissements médico-sociaux hébergeant des personnes à risque de forme grave de Covid-19 ». Ce plan comprend 6 items :

  • Recommandations applicables dans tous les établissements ;
  • Stratégie de surveillance épidémiologique et de dépistage ;
  • Dispositifs de soutien sanitaire (sous la coordination des ARS) ;
  • Dispositifs de soutien en ressources humaines ;
  • Gestion des apparitions de cas de Covid-19 ;
  • Anticipation de la grippe saisonnière.

Les mesures prévues par le plan de lutte « seront levées dès que la situation le permettra », précise simplement le gouvernement. Celles-ci visent à « protéger sans isoler : les personnes accueillies doivent conserver la possibilité de recevoir les visites de leurs proches, dans des conditions de sécurité compatibles avec le fonctionnement des établissements ». Cependant, il est rappelé qu’il revient aux directrices et directeurs d’établissement de décider des mesures applicables localement, après concertation collégiale avec l’équipe soignante, en particulier les médecins coordonnateurs dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), en fonction de la situation sanitaire de l’établissement et dans le respect des préconisations locales délivrées par les ARS. La mise en œuvre des mesures doit, « systématiquement », donner lieu à une consultation du Conseil de vie sociale (CVS) de l’établissement, par voie dématérialisée le cas échéant, et faire l’objet d’une communication à l’ensemble des personnes accompagnées et de leurs familles.

Posté le par

Recommander cet article