Menu actualité

Thématiques

Des soignants dans une web série pour alerter sur la dégradation de l’hôpital

Publié le 1 juin 2022 à 7h18 - par

Infirmière, interne, médecin… Dans la mini-web série « Mur de blouses », l’autrice Belisa Jaoul met en scène des soignants et des épisodes de leur vie pour sensibiliser l’opinion publique à « la dégradation de l’hôpital public ».

Des soignants dans une web série pour alerter sur la dégradation de l'hôpital

À partir de témoignages de personnels hospitaliers, la réalisatrice Belisa Jaoul a écrit huit épisodes d’une mini série de 4 minutes, diffusées sur la chaîne Youtube « Mur de blouses ». Ces paroles « fictionnées » sont interprétées par Joshua, Aloïs, Grégoire, Sylvie, Jehane, Nathalie, Étienne et Marion, tous soignants à l’hôpital public.

Aloïs est interne. Il se dit « qu’il va prendre l’habitude », « que cela va s’arranger » mais « le temps passe ». « Tout empire et il ne s’y fait pas du tout ». Jehane est médecin « précaire » mais « veut rester ; enfin voulait… », elle ne sait plus trop.

Sylvie, « infirmière depuis 30 ans », se remémore ce moment où son patient est mort alors qu’elle n’avait pas pu lui accorder les 5 minutes qu’il lui avait demandé du fait de « la réalité de son programme », « de ses 12 patients », de sa collègue « absente et non remplacée ».

« Les citoyens doivent savoir dans quelle situation se trouve l’hôpital, doivent se sentir concernés par la mort de l’hôpital, pour faire pression sur nos élus », a expliqué à l’AFP le Dr Marion Malphettes du service d’immuno-pathologie de l’hôpital Saint-Louis, à l’origine du projet avec Belisa Jaoul.

« Dans un contexte de dégradation extrême des conditions du soin à l’hôpital public, les enjeux des politiques publiques concernant l’hôpital ne font pas l’objet de discussions démocratiques. La parole des soignants rencontre de multiples obstacles qui empêchent chacun d’être conscient de ce qu’il se passe vraiment », détaille l’association « mur de blouses » dans un communiqué de présentation de la série.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022