Journée d’action des sages-femmes, à l’appel d’une intersyndicale

Santé

Les sages-femmes exerçant à l’hôpital sont appelées à une journée d’action mardi par une intersyndicale, ponctuée par un rassemblement à Paris et une grève de 24 heures, pour réclamer de meilleurs salaires.

Des discussions se sont engagées il y a plusieurs semaines entre le ministère de la Santé et les syndicats représentatifs (CGT, CFDT, FO et Sud) pour revoir la grille salariale des sages-femmes hospitalières. Mécontents des propositions du ministère, ces syndicats ont décidé d’appeler à une journée d’action mardi, avec un rassemblement prévu devant le ministère de la Santé (VIIe arr.) à Paris, où doit se tenir une ultime réunion dans l’après-midi.

Ce mouvement est distinct de celui du collectif des sages-femmes, à l’origine d’une grève entamée en octobre. Il réclame notamment un statut sur le modèle de celui des médecins pour les sages-femmes exerçant à l’hôpital, ce qui implique leur sortie de la Fonction publique. L’intersyndicale et le collectif sont d’ailleurs en désaccord sur ce point.

Mardi, les syndicats CGT, FO et Sud ont en plus déposé un préavis de grève de 24 heures, dont les répercussions devraient toutefois être limitées puisque les sages-femmes sont généralement assignées pour assurer la continuité des soins. « Nous n’avons pas été revalorisées depuis douze ans, et là, le gouvernement ne nous propose même pas un rattrapage du pouvoir d’achat », a déploré Annie-Claude Ottan (CGT).

Le ministère a présenté une refonte de la grille des salaires qui revient à une augmentation de 104 euros bruts par mois en moyenne: « cela ne représente même pas 80 euros par mois et certaines ne toucheront pas plus de 15 euros », selon Mme Ottan. Les syndicats évaluent l’enveloppe mise sur la table par le ministère à 16 millions d’euros. « Il en faudrait 4 de plus pour valider nos propositions », a précisé la responsable syndicale. Cette journée d’action vise également à demander une meilleure valorisation des sages-femmes hospitalières dans le premier recours (premier praticien auquel les femmes peuvent avoir recours), alors que des discussions se poursuivent à ce sujet avec le collectif pour les libérales.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum