Les pouvoirs publics alertent contre un « épisode exceptionnel de canicule »

Santé

La ministre des Solidarités et de la Santé a réuni les représentants des professionnels de santé et les acteurs mobilisés pour s’assurer de la bonne organisation du système de santé en vue de la période estivale 2019.

Météo France prévoit un épisode de canicule qui devrait toucher une bonne partie du territoire national dès ce lundi 24 juin et se prolonger jusqu’à la fin de la semaine. « Cet épisode est exceptionnel par son intensité et sa précocité », prévient le ministère des Solidarités et de la Santé. En prévision de cette canicule, la Direction générale de la santé (DGS) rappelle à tous les conseils pour se protéger et protéger son entourage. Elle appelle à la mobilisation pour protéger les personnes les plus fragiles. Cet épisode caniculaire concernera le centre, l’est et le nord du pays, avant de s’étendre progressivement, notamment à l’ouest du pays. Cet épisode sera également marqué par des nuits courtes, qui ne devraient pas permettre un rafraîchissement des températures pendant la nuit, ajoute le ministère.

Fortement mobilisés, au niveau national comme au niveau local, les pouvoirs publics ont mis en place les mesures prévues par le plan national canicule (PNC), « pour anticiper et gérer l’impact sanitaire des fortes chaleurs ». En prévision de cette vague de chaleur, la ministre des Solidarités et de la Santé a également demandé au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) que soient diffusés, dès ce lundi matin, sur les antennes télévisuelles et radiophoniques des messages rappelant les conseils de prévention.

Par ailleurs, la plate-forme téléphonique d’information du public « Canicule Info Service » est ouverte à partir de lundi matin. Ce numéro vert, accessible au 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France, du lundi au samedi de 9h à 19h), permet d’obtenir des recommandations sur la conduite à tenir en cas de fortes chaleurs.

« Les impacts sanitaires apparaissent dès les premiers pics de chaleur, notamment chez les populations fragiles », a insisté Agnès Buzyn. Les pouvoirs publics rappellent donc les conseils à relayer auprès des personnes les plus fragiles :

  • Personnes âgées, handicapées ou fragiles isolées : les inciter à s’inscrire sur la liste mise à leur disposition par chaque mairie, afin de recevoir le soutien de bénévoles, et prendre très régulièrement de leurs nouvelles. « Soyons solidaires des plus démunis, notamment des personnes sans domicile, et incitons-les à accéder à des lieux réfrigérés, tant en journée que la nuit, avec notamment l’ouverture de parcs et jardins », ajoute le ministère.
  • Nourrissons et jeunes enfants : les protéger en permanence de la chaleur (éviter les sorties aux heures les plus chaudes, les faire boire et les hydrater régulièrement, leur faire porter chapeau et lunettes de soleil et leur appliquer de la crème solaire). « Ne les laissez jamais dans une pièce mal ventilée ou un véhicule, même pendant une très courte durée ».
  • En cas de maladies chroniques ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses, par exemple), ne pas hésiter à demander conseil à son médecin traitant ou son pharmacien. « Les acteurs de la solidarité ont un rôle fondamental et doivent être coordonnés avec les acteurs sanitaires pour l’identification et l’accompagnement sanitaire et social des personnes isolées, à domicile ou sans domicile », a déclaré la ministre.

Dès le 18 juin, Agnès Buzyn avait réuni les représentants des professionnels de santé et les acteurs mobilisés pendant la période estivale. La réunion a permis de faire un état des lieux des ressources et des moyens mobilisés « afin que le système de santé soit en capacité de répondre aux situations particulières de la période estivale ». La ministre a insisté sur l’importance de la mobilisation de tous les acteurs du territoire : les hôpitaux avec en première ligne les services d’urgences, les professionnels de santé libéraux, les structures d’accueil des personnes vulnérables, les Ehpad, les associations, les collectivités territoriales, dont les mairies et les conseils départementaux. Agnès Buzyn a précisé que l’enveloppe de 15 millions d’euros annoncée lors de l’installation de la mission sur la refondation des services d’urgences hospitalières « sera immédiatement mise à disposition des établissements de santé pour leur permettre de faire face aux situations de tension, notamment dans les services d’urgences ».

Pour mémoire, le dispositif plan national canicule, mis en place depuis l’été 2003, est activé depuis le 1er juin et le sera jusqu’au 15 septembre. Tout au long de la période estivale, la ministre des Solidarités et de la Santé a demandé aux directeurs généraux des Agences régionales de santé (ARS) de lui remonter, en temps réel, la situation des services d’urgences et le nombre de lits ouverts.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum