Canicule : 15 départements en vigilance rouge

Santé

C’est seulement la troisième fois depuis 2004 que la vigilance rouge canicule est déclenchée.

Pour la première fois cette année, Météo France a activé vendredi 7 août 2020 la vigilance rouge canicule. Sont notamment concernés : presque toute l’Île-de-France – Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Essonne, Seine-et-Marne, Val-d’Oise -, une partie de la Normandie – Eure et Seine-Maritime -, mais également l’Aisne, le Nord, le Pas-de-Calais, l’Oise, la Somme. Samedi 8 août 2020, les températures minimales ont été très élevées, voire tropicales, en particulier sur la Normandie, où de nombreux records de température ont été battus. Le pic de chaleur très intense se maintient sur les départements concernés et cet épisode caniculaire sera durable à l’échelle du pays, prévient Météo France. Au total : 15 départements sont placés en vigilance rouge canicule et 49 départements en vigilance orange. Sur le territoire, 30 % de la population est concernée par cette vigilance rouge et 35 % par la vigilance orange. C’est seulement la troisième fois depuis 2004 que la vigilance rouge canicule est déclenchée, après deux épisodes en 2019, au cours desquels quatre, puis vingt départements avaient été placés en vigilance rouge.

Le gouvernement se dit mobilisé pour diffuser les consignes de prudence aux services concernés dans ces départements. Le ministère des Solidarités et de la Santé pilote la réponse gouvernementale et organise, tous les jours, une réunion de coordination avec l’ensemble des ministères concernés par cet épisode.

Il est demandé aux organisateurs d’accueils collectifs de mineurs (accueils de loisirs, séjours de vacances et accueils de scoutisme) pendant cette période de ne pas prévoir de sorties, sauf si ces dernières se déroulent dans des lieux plus frais sans nécessiter de déplacement exposant à la chaleur. Il leur est également demandé, le cas échéant, de modifier leurs activités, afin de ne pas proposer la pratique d’activités physiques et sportives.

Dans les départements en alerte, les préfets ont activé leur cellule de crise, le centre opérationnel département (COD), en veillant à y inclure l’ensemble des services impliqués. Des mesures réglementaires de limitation ou d’interdiction adaptées aux circonstances et relevant de leurs pouvoirs de police administrative seront prises par les préfets, en fonction de l’analyse de la situation, en lien avec les partenaires. Le cas échéant, les capacités de secours seront adaptées. Ils veilleront également à augmenter le nombre de places d’hébergement d’urgence, à étendre les horaires d’ouverture des accueils de jour et à renforcer les maraudes pour prendre en charge les personnes précaires.

Les maires sont, quant à eux, invités à poursuivre leur mobilisation de terrain pour l’accompagnement des personnes vulnérables isolées à domicile et inscrites sur les registres communaux et à poursuivre cet accompagnement quelques jours après la fin de l’épisode caniculaire, les effets sanitaires de la canicule pouvant être décalés. Il est aussi recommandé que les maires organisent un accès quotidien à l’eau et aux salles rafraîchies pour ces personnes, en organisant par exemple des navettes de transport.

Enfin, les Agences régionales de santé (ARS) s’assurent auprès d’établissements médico-sociaux des départements concernés par la vigilance rouge et orange de l’effectivité de l’activation de leur plan bleu, afin de prendre toutes les mesures nécessaires à la protection de leurs résidents, et sensibiliseront les professionnels et établissements de santé.

Posté le par

Recommander cet article