Les syndicats de directeurs s’inquiètent de l’absence de gestion prévisionnelle de leurs corps

Santé

HOSPIMEDIA – Le dialogue social entre la DGOS et les syndicats de direction est certes renoué depuis mars dernier mais les évolutions sont lentes et certaines bloquées. Pour certains, le ministère n’assume pas ses responsabilités.

Ce 26 juin, les syndicats de directeurs avaient rendez-vous avec la DGOS pour évoquer la démographie des trois corps : directeur d’hôpital (DH), directeur d’établissement sanitaire, social et médico-social (D3S) et directeur de soins (DS). À lire les communiqués des représentants syndicaux, l’inquiétude est frappante quant au manque de gestion prévisionnelle des effectifs.

Le Syncass-CFDT déplore que « le ministère n'[ait] pas formalisé le moindre projet de gestion. Il ne met en place aucun suivi des emplois, ne crée pas d’outil de gestion prévisionnelle. » Ce qui remet en cause, selon lui, la pérennité du management. Le SMPS a plus précisément soulevé « la problématique des places aux concours des trois corps, qui doivent en être la source de recrutement principal ». Il dénonce aussi « l’état actuel des recompositions, qui se traduit trop souvent par une gestion des pénuries pour les collègues et une absence de visibilité sur la stratégie globale ». Le CH-FO liste quant à lui les « conséquences négatives » de cette absence de gestion prévisionnelle des métiers et des compétences : nombreux postes vacants et départs en retraite non remplacés, fonte des effectifs, conditions de travail dégradées, multiplication des situations à risques psycho-sociaux et de burn-out, mauvaises anticipation des mutations… Rejoignant le SMPS, le CH-FO juge dès lors primordiale « la publication dès aujourd’hui d’un nombre de postes aux concours à corréler au nombre de départs en retraite de l’année ». Le syndicat ajoute à cela la consultation préalable des trois comités consultatifs nationaux sur les places ouvertes aux concours de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) et le recentrage de l’EHESP sur ses missions premières que sont la formation des élèves.

NBI, listes, Graf, intérim… en suspens

D’autres sujets ont en outre été discutés lors de cette rencontre du 26 juin : la nouvelle bonification indiciaire (NBI), l’actualisation des listes d’établissement, le grade d’accès fonctionnel (Graf), l’indemnisation des intérims… Pour les emplois fonctionnels de DH, le dossier semble enfin débloqué en interministériel puisque les textes sont actuellement soumis à la signature et seront publiés dans les jours qui viennent. L’application s’exécutera alors de manière rétroactive, à la date du classement de l’emploi ou de la nomination. Mais tout n’est pas pour autant réglé, souligne le Syncass-CFDT car « les grilles ne sont pas revalorisées, la NBI baisse pour les directions du groupe 3 et les quotas par groupe subsistent ». Or les syndicats préféreraient des seuils budgétaires en lieu et place de ces quotas, « afin de répondre à l’évolution budgétaire des directions communes plus nombreuses et plus importantes chaque année », souligne le SMPS.

L’actualisation de la liste des emplois fonctionnels de DH est quant à elle imminente, celle des D3S est prévue pour fin juillet.

Le Graf des directeurs est toujours en cours de discussion : les projets de textes pour les DH sont à la validation à la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) avant avis du conseil supérieur de la fonction publique hospitalière en septembre ; le dossier doit s’ouvrir le 1er juillet pour les D3S.

Pour les DS, le dossier de la prime de fonction et de résultat (PFR) reste bloqué aux ministères de la Fonction publique et du Budget. Quant à la gestion des intérims de direction, le projet de circulaire ministérielle a été soumis à concertation. Mais les syndicats ont réitéré la nécessité d’une indemnisation.

Pia Hémery

Tous droits réservés 2001/2014 — HOSPIMEDIA

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :  

Weka formation

Risques psychosociaux :
mettre en œuvre un plan de prévention efficace


Objectifs :

Évaluez et prévenez les RPS via la collecte des données, l’identification et la cartographie des risques

  • Connaître les obligations légales de l’organisation
  • Démystifier les RPS et ses conséquences concrètes
  • Établir la cartographie des risques et de son plan de prévention adapté à son organisation

 

En téléchargement gratuit pour approfondir ce sujet, Weka vous propose :

Livre blanc

Prévenir les risques psychosociaux dans la fonction publique

Téléchargez

L’accord-cadre relatif à la prévention des risques psychosociaux dans la fonction publique du 22 octobre 2013 signé par les représentants des organisations syndicales, des employeurs publics et Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, s’inscrit dans un contexte d’augmentation des risques psychosociaux (RPS) dans la fonction publique. Longtemps sous-estimés voire ignorés, ces troubles qui affectent les salariés exigent des employeurs publics d’élaborer durablement une procédure de prévention des RPS.

Comment identifier les RPS ? Comment les évaluer ? Comment les prévenir ? Comment y remédier ? Autant de questions qui interpellent les managers et les responsables des ressources humaines.

Ce dossier de la collection « Les Focus Weka » offert gracieusement vous permettra de mieux appréhender la problématique des risques psychosociaux.

Au sommaire de ce numéro :

  • RPS : quels moyens de prévention ?
  • Comprendre la problématique des RPS
  • Prendre en compte la souffrance en milieu professionnel
  • Quels retours des acteurs sur la prise en compte des RPS ?
  • Inscrire les risques psychosociaux dans le document unique
  • Élaborer le document unique
  • Pour en savoir plus

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum