Prévention : poursuivre la mobilisation contre le cancer du sein

Santé

Les pouvoirs publics lancent l’opération Octobre Rose, une campagne de sensibilisation pour inciter toutes les femmes concernées à participer au dépistage du cancer du sein.

En partenariat avec l’Assurance maladie (CNAMTS), la Mutualité sociale agricole (MSA) et le Régime social des indépendants (RSI), le ministère des Affaires sociales et de la Santé et l’Institut national du cancer (INCa) lancent, cette année encore, le mois national de mobilisation Octobre Rose. Ce dispositif d’information et de communication est destiné à inciter toutes les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Ce programme permet aux femmes de bénéficier, tous les 2 ans, d’un dépistage de qualité, pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie, sans avance de frais.

En France, le cancer du sein représente toujours le premier cancer chez la femme, en nombre de nouveaux cas et de mortalité. Pourtant, détecté à un stade précoce, il peut non seulement être guéri, dans plus de 90 % des cas, mais aussi être soigné par des traitements moins agressifs, rappellent les promoteurs de l’opération. Actuellement, malgré les progrès réalisés dans les traitements, le dépistage constitue toujours l’une des armes les plus efficaces de la lutte contre le cancer du sein.

Pourtant, aujourd’hui, une femme sur trois ne se fait toujours pas dépister ou pas régulièrement. Si l’existence du dépistage s’avère largement connue du grand public, la participation semble avoir atteint un plateau. « Cette situation justifie la poursuite des efforts d’information et de sensibilisation, notamment auprès des femmes les plus touchées par les inégalités de santé territoriales, socioéconomiques et/ou culturelles », insiste le ministère des Affaires sociales et de la Santé. Le dépistage organisé du cancer du sein constitue « une réponse à la lutte contre les inégalités sociales de santé, poursuit le ministère. Il s’agit d’un programme égalitaire, qui s’adresse à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans bénéficiant du régime obligatoire de la Sécurité sociale. »

Pour interpeller toutes les femmes, les pouvoirs publics proposent, cette année, de nouvelles actions de sensibilisation, via l’interpellation : « Vérifiez de quand date votre dernière mammographie. À partir de 50 ans, c’est tous les deux ans ». Au programme :

– Dans les médias, ce message est porté par des animateurs et journalistes TV – Élise Lucet, Sophie Davant, Nagui et William Leymergie -, dans le cadre d’un partenariat avec France Télévisions. Les femmes peuvent aussi poser leurs questions au 0810 810 821 (prix d’ appel local) et s’informer sur le site internet www.e-cancer.fr. Des professionnels de santé interviennent, également, en direct sur Africa n° 1, Radio Orient et Beur FM.

– Sur les réseaux sociaux, une grande mobilisation est lancée sur Facebook. Les internautes peuvent inviter les femmes qui leur sont proches à s’informer et à participer au dépistage organisé du cancer du sein, via l’application I & You.

– Les médecins généralistes, « dont le rôle de conviction auprès des femmes est essentiel », sont invités à vérifier la date de la dernière mammographie de leurs patientes, grâce à un nouvel outil, un dispositif interactif mis en place sur le logiciel médical de gestion de dossiers patients.

– Sur le terrain, de nombreuses actions de proximité sont conduites, en partenariat avec l’Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé), l’Union nationale des centres communaux d’action sociale (UNCCAS) ou la MSA. Des outils d’information sont mis à la disposition des associations, des structures en charge du dépistage et des acteurs du secteur sanitaire et social : expositions pédagogiques, dépliants d’information, affichettes…

Pour voir la présentation de la campagne en images : http://www.e-cancer.fr/

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum