Ressources humaines : le député Olivier Véran lance un groupe de travail sur l’intérim médical à l’hôpital

Santé

HOSPIMEDIA – « Cela fait plusieurs mois que je m’intéresse au sujet », se justifie le député socialiste de l’Isère Olivier Véran, qui a décidé de réunir un groupe de travail d’une dizaine de parlementaires issus de la commission des affaires sociales de l’Assembléé nationale, pour plancher sur le recours à l’intérim médical en milieu hospitalier.

Du fait de la pénurie médicale, qui touche jusqu’à 35 % des postes en radiologie, les agences d’intérim fournissent leurs services aux établissements de santé, à prix d’or. « Les agences d’intérim facturent volontiers au-delà de 1 000 euros une journée de travail, jusqu’à 1 500 euros une garde de 24 heures », rapporte le communiqué d’Olivier Véran. « Je ne veux pas condamner l’intérim, mais je tiens à faire remarquer que dans certaines régions, ce sont des sommes astronomiques qui sont englouties. En Bretagne, la rémunération de l’intérim médical est l’équivalent du déficit des établissements bretons », explique le député de l’Isère, par ailleurs Praticien hospitalier (PH).

Olivier Véran a d’ores et déjà pris contact avec les ARS, pour qu’elles lui fassent remonter des données. S’il n’a pas encore d’idées précises sur la question, le député ne semble pas penser que le recours aux praticiens cliniciens afin d’endiguer l’intérim soit la solution. Et d’ajouter : « Le contrat de praticien clinicien dure trois ans. Une fois que le contrat prend fin, que fait-on ? » Le groupe de travail sur l’intérim médical rendra ses conclusions en septembre/octobre prochain, avance Olivier Véran.

Jean-Bernard Gervais

Tous droits réservés 2001/2013 — HOSPIMEDIA

Pour en savoir plus :

Livre blanc

Recrutement d’un contractuel de droit public

Téléchargez

Lorsque la nature des fonctions ou les besoins du service le justifient, notamment lorsqu’il n’existe pas de corps de fonctionnaires hospitaliers susceptibles d’assurer ces fonctions ou lorsqu’il s’agit de fonctions nouvellement prises en charge par l’administration ou nécessitant des connaissances techniques hautement spécialisées, les emplois permanents peuvent être occupés par des agents contractuels conformément à l’article 2 de la loi n°  86-33 du 9 janvier 1986.

Quels sont les modalités de recours au recrutement des contractuels, les conditions générales d’embauche, les droits et obligations du contractuel, la protection sociale et enfin la durée du contrat ?

La fiche « Recrutement d’un contractuel de droit public » extraite du service documentaire Gérer le personnel médical et hospitalier vous est offerte par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum