Menu actualité

Thématiques

Santé : les résultats du CNR présentés « fin janvier, début février », selon Agnès Firmin Le Bodo

Publié le 13 janvier 2023 à 8h40 - par

Les résultats des consultations du volet santé du Conseil national de la refondation (CNR) seront présentés « fin janvier, début février », et « viendront compléter les propositions faites par le président de la République » vendredi 6 janvier 2023, a indiqué mercredi Agnès Firmin Le Bodo au Sénat.

Santé : les résultats du CNR présentés "fin janvier, début février", selon Agnès Firmin Le Bodo
© Oatawa - stock.adobe.com

La ministre chargée de l’Organisation territoriale et des professions de santé intervenait dans le cadre d’un débat dans l’hémicycle sur « la crise du système de santé », quelques jours seulement après l’annonce par le président Emmanuel Macron d’un plan pour sortir d’une « crise sans fin » à l’hôpital et en médecine de ville.

« Le constat demeure alarmant », a souligné d’emblée la sénatrice du groupe DPI à majorité Renaissance, Patricia Schillinger. « De nombreuses mesures ont déjà été prises (…) mais les mouvements de grève nous démontrent qu’il reste encore beaucoup à faire », a-t-elle déclaré, insistant sur la nécessité d’un « égal accès aux soins » sur tous les territoires.

Mme Firmin Le Bodo a mis en avant la « coordination nécessaire entre les collectivités, les soignants, les élus, l’ARS et l’État pour répondre aux besoins de santé de nos concitoyens ».

« C’était l’enjeu du Conseil national de la refondation (CNR) (…) la dernière réunion a eu lieu le 16 décembre 2022 et avec le ministre de la Santé François Braun, nous présenteront fin janvier, début février, les résultats de ces consultations qui viendront compléter les propositions faites par le président de la République », a-t-elle poursuivi.

« Nous allons pouvoir répondre aux besoins de santé de nos concitoyens à la fois avec la refondation à l’hôpital, mais aussi avec la refondation du système de ville, parce que l’un ne marchera pas sans l’autre », a ajouté la ministre.

Des critiques ont fusé à gauche comme à droite.

« Nous consacrons à la santé en 2022-2023 moins de moyens que nous en consacrions à la fin du septennat de Valéry Giscard d’Estaing », a affirmé Bernard Jomier (PS), pour qui, « tant que nous resterons dans ce cadre général, nous gèrerons une pénurie ».

« Les revendications sont sur la table depuis longtemps », a relevé Laurence Cohen (CRCE à majorité communiste), fustigeant une « déshumanisation de l’hôpital et l’hérésie d’un hôpital entreprise ».

À droite, la présidente LR de la commission des Affaires sociales, Catherine Deroche, a estimé que les annonces du chef de l’État « manquaient de contenu et de crédibilité concrète ».

« Le président de la République n’a fait que reprendre ce que la commission d’enquête du Sénat appelait de ses vœux l’an dernier, un modèle de financement mixte », a-t-elle relevé.

« Face à cette crise, aucune solution simple n’existe, mais mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne vous prenne par la gorge », a déclaré la centriste Jocelyne Guidez, citant Winston Churchill.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2023