Publireportage

La Banque des Territoires entre dans l’« Action Cœur de Ville »

Urbanisme

La Banque des Territoires, direction de la Caisse des Dépôts, a organisé le 11 décembre 2018 à Poitiers une journée d’échanges avec les élus des 222 villes bénéficiaires du plan « Action Cœur de Ville ». L’objectif : faire émerger une intelligence collective autour des projets portés par les territoires.

Créée en 2018, la Banque des Territoires est l’un des cinq métiers de la Caisse des Dépôts. Elle réunit dans une même structure les expertises internes à destination des territoires et au financement de leurs projets. Elle est l’interlocutrice privilégiée des collectivités territoriales, des organismes de logement social, des entreprises publiques locales et des professions juridiques réglementées pour trouver des solutions de financement grâce à des prêts ou des investissements. Elle s’adresse à tous les territoires, des plus ruraux aux métropoles, avec pour ambition de réduire les fractures sociales et de participer à la résolution des cassures territoriales. Déployée dans 16 directions régionales et avec 35 implantations territoriales, la Caisse des Dépôts poursuit l’objectif au quotidien de renforcer des territoires afin de les rendre plus attractifs, inclusifs, durables et connectés.

Échanger pour avancer

La Banque des Territoires est l’opérateur privilégié du programme « Action Cœur de Ville ». C’est pour cette raison qu’elle a organisé le 11 décembre à Poitiers « Les Rencontres Cœur de Ville », réunissant les 222 villes bénéficiaires du « Plan Action Cœur de Ville », pour un échange concret le temps d’une journée sur les bonnes pratiques. L’objectif pour la Banque des Territoires est de favoriser les rencontres entre ses clients, les élus ancrés dans la réalité des territoires et d’autres acteurs susceptibles de les éclairer pour mener à bien la revitalisation des centres-villes. La journée s’est articulée autour de plusieurs ateliers de travail, animés par des élus qui ont connu des problématiques liées à la redynamisation de leur centre-ville et qui peuvent apporter des conseils et des solutions sur-mesure à leurs homologues présents.

« Créer une communauté d’élus »

Pour Olivier Sichel, directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts et directeur de la Banque des Territoires, « les Rencontres Cœur de Ville sont une journée pour créer la communauté des élus autour de leurs problématiques et succès communs. Au-delà de l’événement, notre volonté est que nos clients puissent continuer la discussion entre eux et que le réseau se construise et fasse émerger une intelligence collective : c’est aussi un des défis de cette journée ».

Plus de 5 milliards d’euros mobilisés sur cinq ans

Le programme « Action Cœur de Ville » concerne 222 villes réparties dans toutes les régions. Elles bénéficieront d’une convention de revitalisation sur cinq ans pour redynamiser leur centre-ville. L’appui aux projets de chaque commune repose sur des cofinancements apportés par les opérateurs : plus de 5 milliards d’euros mobilisés sur cinq ans, dont 1 Md€ de la Banque des Territoires en fonds propres, 700 M€ en prêts, 1,5 Md€ d’Action Logement et 1 Md€ de l’Anah. Le plan de revitalisation des centres-villes concerne prioritairement les villes de 15 000 à 100 000 habitants présentant une « fonction de centralité ». Ainsi, parmi les 222 villes retenues le 27 mars dernier par le ministère de la Cohésion des territoires, 205 comptent sur leur territoire au moins un quartier prioritaire de la politique de la ville, dont 41 implantés dans les centres anciens ; 80 d’entre elles cochent la case « petites villes ».

Aider les communes qui n’ont pas d’ingénierie

L’objectif est de redonner des couleurs aux centres-villes en déshérence, frappés par la concurrence des zones d’activités commerciales et des zones pavillonnaires, que les Français apprécient plus que les centres-villes bruyants et pollués. Dans la boîte à outils du dispositif, on trouve de quoi favoriser l’acquisition et la réhabilitation de logements, améliorer leur performance énergétique, développer une nouvelle offre commerciale en centre-ville, accompagner les commerçants dans la transition numérique ou simplifier leurs démarches d’implantation en centre-ville… Toutes les conventions ont pratiquement été signées. Certaines villes ont pris de l’avance, ayant même recruté en interne des agents capables de relever le défi. D’autres ne disposent pas de la même capacité d’ingénierie. Cette opérationnalité à parfaire est l’un des points sur lesquels l’Anah et la Banque des Territoires envisagent de mobiliser leurs énergies, pour éviter que certaines villes pâtissent de ce défaut de savoir-faire.

Source : Banque des Territoires

 

518 projets déjà financés

D’après les chiffres du ministère de la Cohésion des territoires, 518 projets des 222 villes concernées font déjà l’objet d’engagements financiers. Depuis le lancement, l’engagement de l’ensemble des financeurs des projets atteint 75 millions d’euros. Et, pour 2018, l’État a déjà engagé 30 millions d’euros au titre de la dotation de soutien à l’investissement public local (DSIL).

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum