Guide pratique du CCAS et du CIAS

 
Ce produit n'est plus disponible à la vente

Guide pratique du CCAS et du CIAS

Renforcer au quotidien votre action sociale de proximité avec les aides légales et facultatives, l'analyse des besoins sociaux et des évolutions locales

Nous vous recommandons

Centre communal et intercommunal d'action sociale

Centre communal et intercommunal d'action sociale

Les logements-foyers

Historique de la création des logements-foyers

Créés dans les années 1960, les logements-foyers présentent la particularité de relever à la fois du domaine du logement social et du champ des établissements sociaux et médico-sociaux.

Groupes de logements autonomes, assortis d'équipements collectifs à usage facultatif, ils constituent une réponse aux besoins des personnes âgées encore autonomes mais n'ayant plus l'envie ou les moyens de rester à domicile : ancrage territorial, coût modéré, sécurisation du cadre de vie, offre d'accompagnement (restauration, ménage, santé, bien-être, animation, etc.).

À ce titre, ils occupent une position fondamentale dans l'offre d'accompagnement de nos aînés en proposant une solution intermédiaire entre le domicile et l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Trop souvent victimes d'une image désuète, ces derniers ont entrepris ces dernières années, plusieurs chantiers importants : modernisation du bâti, mise aux normes de sécurité, diversification des prestations.

Le vieillissement démographique rend toutefois indispensables, non seulement le maintien et le développement de leur capacité d'accueil, mais aussi leur offre d'accompagnement.

Vieillissement de la population et modifications réglementaires

Ces vingt dernières années, les logements-foyers ont vu leur population vieillir progressivement, avec une atteinte plus ou moins prononcée de la dépendance, nécessitant une prise en charge plus lourde. En moyenne, il est estimé que près de la moitié des résidents des foyers-logement présente un besoin d'accompagnement lié au vieillissement (type ateliers mémoire, prévention des chutes, aide à l'entretien du logement, sollicitations particulières du personnel de jour et/ou de nuit, etc.). Les éventuels besoins d'accompagnement de type « social » sont moins marqués.

Le GIR moyen pondéré (GMP) dans les foyers logements est de 180 (contre 650 pour les EHPAD). Ce sont les personnes en GIR 5 ou 6 qui représentent la majorité des résidents dans ces établissements.

Depuis la mise en place de la prestation spécifique dépendance (PSD), puis de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) et le conventionnement tripartite pour les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes (EHPAD), l'environnement réglementaire s'est profondément modifié : le maintien à domicile, d'une part, l'accueil en établissement, d'autre part, se sont trouvés encadrés par un ensemble d'obligations et de prescriptions visant à garantir la qualité de vie des personnes âgées et à donner aux gestionnaires les moyens d'assurer cette qualité. Ainsi, les logements-foyers, formule intermédiaire entre le domicile et l'établissement,...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous pour accéder à la publication dans son intégralité.