Véronique Chasse (FEHAP) : « Sortir du schéma archaïque du rapport de force entre l’acheteur et le fournisseur »

Achats

Selon Véronique Chasse, responsable projets achats à la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP), la relation fournisseurs est la base de tout achat performant.

Les idées reçues peuvent avoir une longévité étonnante et dans le même temps faire l’objet d’évolutions. Ainsi, l’idée selon laquelle dans le cadre du droit de la commande publique, les acheteurs ne pouvaient pas rencontrer les fournisseurs, a circulé pendant longtemps, alors que la seule interdiction concerne la période de procédure.

Le lien qui caractérise la relation acheteur-fournisseur n’est pas seulement d’ordre juridique. Il en existe un quasiment invisible mais omniprésent : l’interdépendance. Il est donc essentiel de sortir du schéma archaïque du rapport de force entre l’acheteur et le fournisseur.

C’est le cœur de la problématique de l’achat : faire de l’achat et de la relation acheteur- fournisseur qui s’y attache des dynamiques de rationalité.

Pour asseoir cette rationalité, le premier élément à mettre en œuvre est la justesse, celle du « juste milieu » d’Aristote. Les obligations du pouvoir adjudicateur ne se limitent pas à effectuer le paiement : le fournisseur a besoin de conditions et d’informations exactes pour exécuter sa mission. Si les relations entre le fournisseur et l’acheteur sont essentielles, il ne faut pas pour autant oublier que les objectifs et les enjeux sont ceux de tous.

Le deuxième élément réside dans la rencontre des fournisseurs. Cette pratique permet à l’acheteur de connaître les acteurs, services et produits d’un marché économique donné, mais également de prendre connaissance des contraintes gérées par les fournisseurs. De même, cela permettra au fournisseur de mieux comprendre les attentes du pouvoir adjudicateur tout en lui permettant de capter l’innovation, préoccupation constante de la fonction achats.

Enfin, le troisième élément est la mise en œuvre de la réciprocité par la construction de partenariats. Levier très utilisé dans l’achat privé, son développement n’est que récent dans le périmètre de la commande publique. Outre les contrats de partenariat, il est deux mesures à encourager.

La première est de proposer dans les consultations des délais de marché assez longs, plutôt que de fonctionner en « renouvellement de marchés ». Or, la seule obligation en termes de durée imposée par les textes est la mise en concurrence régulière.

D’ailleurs, les formes de marchés de type accord-cadre et marché à bons de commandes qui prévoient une durée maximale de quatre ans laissent également place à cette forme de partenariat.

La seconde mesure a trait au plan de progrès fournisseurs : le droit de la commande publique n’empêche pas de prévoir des prix dégressifs. Au fond, la relation fournisseurs n’est-elle pas devenue une des formes d’achat durable ?

Véronique Chasse, responsable projets achats à la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP).

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum