Création d’un Observatoire des métiers de la cybersécurité

Administration

Pour mieux cerner le marché de l’emploi cyber, l’ANSSI lance un Observatoire des métiers de la cybersécurité.

Pour mieux comprendre le marché de l’emploi cyber et la diversification rapide de ses métiers, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) a créé, fin octobre 2021, un Observatoire des métiers de la cybersécurité. Objectif : dépasser les clichés et regrouper des informations objectives (enquêtes, rapports, infographies) sur le secteur, les profils, les métiers et les formations en cybersécurité. Ainsi, l’Observatoire aidera les entreprises dans leur politique de recrutement, les porteurs de formation, mais aussi les étudiants ou salariés en reconversion. « Nous lançons l’Observatoire des métiers de la cybersécurité pour répondre à des questions simples, mais qui restaient sans réponse : qui recruter, quels sont les types de profils et d’emplois, quelles formations suivre ou quels sont les secteurs qui recrutent ? », explique Guillaume Poupard, directeur général de l’ANSSI, agence rattachée au secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, sous l’autorité du Premier ministre.

Dans le cadre de cet Observatoire, l’ANSSI publie déjà une enquête sur les « Profils de la cybersécurité ». Celle-ci a été réalisée en partenariat avec la Délégation générale à l’Emploi et à la Formation professionnelle (DGEFP) du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion et avec la Direction prospective de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA).

Les résultats montrent que les professionnels de la cybersécurité sont très majoritairement des hommes (89 %). À elle seule, l’Île-de-France concentre plus de la moitié (54 %) des professionnels ; un quart se regroupe sur quatre autres régions : Bretagne, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine. Sans surprise, près des trois quarts (73 %) des professionnels de la cybersécurité exercent dans le secteur privé, contre seulement 22 % dans le secteur public, 3 % en indépendant ou auto-entrepreneur et 1 % dans le milieu associatif (1 % non précisé). Ces professionnels forment une population très qualifiée : près des trois quarts (72 %) possèdent un diplôme ou un niveau de qualification supérieur ou égal à bac + 5 (master, diplôme d’école d’ingénieur, DESS, DEA). Toutefois, 47 % d’entre eux n’ont pas de diplôme ni de certification spécialisée en cybersécurité. Enfin, la cybersécurité est une profession jeune. 45 % des professionnels ont moins de 5 ans d’ancienneté, « ce qui témoigne d’un développement récent des métiers et du fort dynamisme de ce secteur », souligne l’ANSSI. Les nouveaux entrants dans les métiers de la cybersécurité sont, à la fois, des jeunes diplômés et des personnes en reconversion.

Posté le par

Recommander cet article