La Région Île-de-France rapproche ses organismes satellites

Administration

Le regroupement, voire la fusion, de la trentaine d’organismes satellites de la région Île-de-France est bien engagé, a déclaré à l’AFP Eddie Aït, délégué spécial à la modernisation de l’action publique régionale qui a présenté mardi 24 septembre un rapport sur cette initiative.

Les organismes associés, dépendant directement de la région qui leur alloue chaque année pour un total de 120 millions d’euros (2,5 % du budget régional), avaient fait l’objet d’une polémique en décembre dernier. Un rapport du président de la commission des Finances, Roger Karoutchi (UMP), avait recommandé leur regroupement en « 4 ou 5 grandes agences » pour en rationaliser le fonctionnement et réaliser des économies en période de rareté de l’argent public.

« Le regroupement, voire la fusion, de la trentaine d’organismes satellites de la région Île-de-France est engagé », a déclaré M. Aït à l’AFP, « cela a pris le rythme qu’il fallait, aujourd’hui le mouvement est lancé et il n’y a pas de retour en arrière possible ».

À titre d’exemple, la Cité de l’environnement à Pantin (Seine-Saint-Denis) regroupe 7 organismes dans le même lieu, permettant une mutualisation des baux de location, du secrétariat, les achats de matériel, etc. Le rapprochement de 4 organismes intervenant dans le développement économique est en cours, avec notamment la fusion de deux d’entre eux (Agence régionale de développement et Centre francilien de l’innovation). Ils devraient se réunir dans un lieu unique dans le XIXe arrondissement de Paris. Des discussions pour des rapprochements ont aussi commencé dans la dizaine d’organismes culturels.

« L’idée n’est pas de mettre en cause ces outils au service des politiques que nous votons à la région mais de bien les utiliser pour qu’ils soient plus efficaces, plus lisibles et moins coûteux alors que les deniers publics vont se raréfier », a dit M. Aït.

Pour harmoniser les relations entre la région et ces organismes, créés au fil des transferts de compétences et des obligations légales, une charte sera désormais annexée aux conventions pour fixer les obligations réciproques, en terme de règles comptables, gestion des ressources humaines, prévention des conflits d’intérêt, etc. « Ça va dans le bon sens mais j’attends la traduction chiffrée » lors du budget 2014, a dit Roger Karoutchi (UMP) qui avait préconisé de réduire les subventions de 10 à 15 % d’ici 2015. « Entre la baisse de dotation de l’État et l’augmentation de la péréquation, la région va perdre de facto 80 millions d’euros en 2014 et 150 millions d’euros en 2015 : il faut bien faire des économies », a-t-il affirmé.

Il demande donc que « dès le budget 2014 et dans les conventions triennales qu’on demande à chaque organisme de prévoir des économies de fonctionnement ». Mais « la règle ne peut pas s’appliquer de manière uniforme : tous ne peuvent pas se regrouper ou fusionner mais lançons le mouvement ». « Quand le budget de fonctionnement de la région est de 3 milliards d’euros, il ne faut pas uniquement se braquer sur les 120 millions » que représentent les organismes associés, a-t-il déclaré.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum