Menu actualité

Thématiques

Les Français font plutôt confiance aux hôpitaux et collectivités pour gérer leur données, selon une étude

Publié le 5 octobre 2022 à 8h34 - par

Près de 80 % pour les hôpitaux et près de 70 % pour les communes et intercommunalités : les Français font très majoritairement confiance aux acteurs publics pour gérer leurs données personnelles, selon une étude Ipsos publiée mardi 4 octobre 2022 par l’Observatoire Data publica.

Les Français font plutôt confiance aux hôpitaux et collectivités pour gérer leur données, selon une étude

La diffusion de l’enquête intervient quelques semaines après une cyberattaque qui a visé l’hôpital de Corbeil-Essonnes et quatre jours à peine après une autre offensive informatique ciblée sur la ville de Caen.

Les réponses ont toutefois été collectées par questionnaire en ligne du 18 au 20 août 2022, donc avant les deux cyberattaques.

Parmi les 1 000 Français interrogés, 53 % ont « assez confiance » dans la capacité du système de santé, des hôpitaux et des médecins à gérer leurs données, 23 % ayant même « tout à fait confiance ».

56 % des sondés ont « assez confiance » dans l’utilisation des données par les communes et intercommunalités, et 13 % « tout à fait confiance ».

L’État est jugé moins fiable, puisque 53 % des sondés seulement le jugent apte à gérer leurs informations personnelles.

Le président de l’Observatoire Data Publica Jacques Priol y voit un « effet proximité » assez commun dans les enquêtes d’opinion.

« Quand on avait encore des députés-maires et qu’on posait aux gens la question de savoir s’ils avaient confiance dans leur maire, ils répondaient oui, et s’ils avaient confiance dans leur député ils répondaient non, alors que c’est la même personne », explique-t-il auprès de l’AFP.

La confiance chute encore davantage quand le panel est interrogé sur les acteurs privés : 40 % des sondés affirment avoir confiance dans les enseignes de vente en ligne comme Amazon ou Veepee, 34 % se fient aux moteurs de recherche (Google, Bing,…) et seulement 19 % croient les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn,…) capables de gérer leurs données.

L’enquête pointe un défaut d’information largement répandu puisque 59 % des sondés s’estiment mal informés sur l’utilisation de leurs données par les acteurs publics, un pourcentage qui monte à 64 % concernant les entreprises privées.

L’usage croissant des données, par le secteur public comme le privé, est une « mauvaise chose » pour l’évolution de la société, selon 53 % des sondés.

Sans surprise, plus de huit personnes interrogées sur dix (83 %) considèrent que les données produites ou collectées par les pouvoirs publics ne doivent pas être commercialisées.

Fondé en 2020 par des cabinets de conseil et des avocats, l’Observatoire Data publica est une association spécialisée dans l’étude des utilisations de la donnée par les collectivités.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2022