L’Observatoire des politiques culturelles propose une méthode d’évaluation des bibliothèques

Communication

Dans un rapport pour le ministère de la Culture, l’Observatoire des politiques culturelles fournit aux élus et aux gestionnaires de médiathèques des clefs pour évaluer l’impact des bibliothèques publiques sur leur territoire et orienter leurs choix.

Lieux de culture et de vie, les bibliothèques et les médiathèques sont aussi des espaces d’innovation et de sociabilité où sont organisés débats, formations, expositions, concerts… Elles jouent un rôle fondamental dans la lutte contre l’illettrisme ou l’illectronisme. Les élus trouveront dans une étude, menée par l’Observatoire des politiques culturelles pour le ministère de la Culture, des outils d’évaluation des bibliothèques publiques.

De nombreux critères contribuent à mesurer l’impact et l’efficacité de ces établissements : développement des capacités cognitives des individus, participation à la réussite éducative, attractivité du territoire mais aussi renforcement du lien social, lutte contre la fracture numérique… Les caractéristiques sociales et géographiques du territoire (distance, modes de transports, rythmes de vie…) influent sur leur périmètre d’action et leur rayonnement dépend notamment des objectifs qu’on souhaite leur assigner. L’étude de l’Observatoire des politiques culturelles répertorie les politiques culturelles en fonction de huit types sociologiques de cités (cf. encadré).

Pour rayonner, une bibliothèque doit, à la fois, être identifiable par tous et porter l’identité du territoire. Établir des partenariats permet de mutualiser des ressources et de mobiliser des réseaux plus diversifiés. Les actions, élaborées en commun, sont mieux coordonnées et plus médiatisées, et favorisent la participation de différents publics. Ce mode de fonctionnement contribue directement à l’animation de la vie culturelle et associative du territoire.

L’exemple d’une ville moyenne montre que la bibliothèque peut faire émerger des collaborations, non seulement, entre le centre urbain et les périphéries mais aussi entre les communes de l’agglomération. Mobilisées dans les secteurs culturels, éducatifs, sociaux ou économiques, les équipes des bibliothèques contribuent à la concertation entre structures publiques, associatives ou privées afin de dessiner l’identité du territoire. En revanche, lorsque les territoires surenchérissent pour développer leurs propres équipements culturels et se font concurrence, cela peut avoir l’effet inverse à celui qu’ils souhaitent : cela amoindrit finalement la visibilité des actions de chacun. C’est ce qui a, dans certains cas, « renforcé la volonté des bibliothèques départementales de soutenir la mise en réseau des bibliothèques d’un même territoire ou de territoires voisins », précise l’Observatoire des politiques culturelles.

L’étude propose douze fiches thématiques qui aideront les responsables publics à évaluer l’efficacité de leurs décisions en matière de bibliothèques.

Marie Gasnier

Source : Comment apprécier les effets de l’action des bibliothèques publiques ?, ministère de la Culture, mars 2019
 

Les mondes sociaux

Le type de cité influence ses choix (valeurs, actions, partenaires…) : cité civique, inspirée, domestique, industrielle, marchande, de l’opinion, par projets, de l’attention.
Ainsi, une « cité civique » s’appliquera à construire une bibliothèque pour tous ; la « cité inspirée » choisira une bibliothèque créative et inventive, tandis qu’une « cité marchande » souhaitera un établissement rentable.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum