La Normandie se plonge dans l’intimité des Impressionnistes

Communication

Le festival Normandie impressionniste qui a débuté samedi 16 avril et se prolonge jusqu’au 26 septembre, met les projecteurs pour sa troisième édition sur l’intimité des peintres de ce courant et permet d’en redécouvrir certains, comme Boudin, Caillebotte et Thaulow.

Inauguré vendredi 15 avril à Rouen par la ministre de la Culture Audrey Azoulay, le festival propose quelque 450 événements, dont 145 expositions.

Centré cette fois sur le thème du portrait, le festival a obtenu de nombreux prêts, en particulier du Musée d’Orsay mais aussi de plusieurs pays étrangers, notamment les États-Unis, qui viennent s’ajouter aux riches collections normandes.

« Cela a dépassé toutes nos espérances », s’est réjoui devant la presse le directeur des musées de la métropole de Rouen, Sylvain Amic.

L’exposition rouennaise, à elle seule, a bénéficié de 140 prêts dont 40 d’Orsay, parmi lesquels une de ses icônes, « Berthe Morizot au bouquet de violettes » (1872), peinte par son beau-frère Édouard Manet.

Intitulée « Scènes de la vie impressionniste », elle propose une incursion dans l’intimité des peintres par une série d’autoportraits, de portraits croisés, de toiles consacrées aux familles, aux enfants de ces artistes qui étaient très liés.

Légèreté et émotion

L’intimité, parfois légère et joyeuse, devient particulièrement émouvante devant « Camille sur son lit de mort » (1879), un tableau de Claude Monet sur celle qui fut son modèle, sa maîtresse puis sa femme. Ou bien face à « Julie Manet au chapeau Liberty » (1894), portrait de sa fille que Berthe Morizot ne put achever avant sa mort.

D’autres grandes villes normandes mettent en valeur un peintre en particulier, à l’apport parfois oublié ou minimisé.

C’est le cas de l’exposition « Eugène Boudin – L’atelier de la lumière » au musée d’art moderne André Malraux (Muma) du Havre, consacrée au maître de Monet, natif de Honfleur mais qui eut une jeunesse havraise. Pas moins de 200 tableaux sont réunis.

Le musée des impressionnismes de Giverny met en lumière « Eugène Caillebotte, peintre et jardinier ».

Connu surtout comme collectionneur fortuné, mécène et organisateur d’expositions pour ses amis impressionnistes, Caillebotte, mort à 45 ans (1848-1894), a d’abord été considéré comme un peintre amateur.

Le musée eurois prouve le contraire en 80 œuvres, en particulier sur le thème du jardin, une passion qu’il partageait avec  Monet.

Alors que le jardin du maître de Giverny est mondialement connu, celui en région parisienne de Caillebotte, dans le quartier du Petit-Gennevilliers, a été anéanti par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Le musée en a fait une intéressante reconstitution en 3D, à partir d’éléments d’archives.

Géant norvégien

L’exposition la plus singulière est celle du musée des Beaux-Arts de Caen qui offre la plus grande rétrospective jamais présentée en France du Norvégien Frits Thaulow (1847-1906), avec une soixantaine de tableaux, dont pas moins de 23 prêtés par la Galerie nationale d’Oslo.

« Les tableaux de Thaulow se vendaient presque aussi cher que ceux de Monet à l’époque. Par la suite, et notamment en Norvège, il a été éclipsé par Edvard Munch », explique Frank Claustrat, maître conférencier du musée caennais. Les salles du musée ont été complètement transformées avec des panneaux tout en courbes pour mieux mettre en valeur la profondeur des paysages de ce géant de la peinture – y compris physiquement – infatigable voyageur, qui excelle dans les représentations de l’eau et de la neige.

Doté d’un budget de 5,5 millions d’euros, fonds publics et privés, Normandie impressionniste a été lancé en 2010.

Véritable locomotive touristique, il invite à un voyage transnormand sur les rives de la Seine, sur le littoral de la Manche ou encore en plein bocage. Organisé tous les trois ans, il avait rassemblé 1,8 million de personnes en 2013.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum