Les pesticides interdits dans les espaces verts dès 2016

Développement durable

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal a fait adopter mercredi soir par les députés un amendement pour avancer de 2020 à 2016 l’interdiction des pesticides dans les espaces verts gérés par les communes, selon une source parlementaire.

Cette interdiction, adoptée dans le cadre de l’examen en commission du projet de loi sur la biodiversité, entrerait en vigueur dès le 1er mai 2016 au lieu de 2020, comme le prévoyait une loi adoptée en janvier dernier. La date de l’examen en séance du projet de loi sur la bioversité n’est pas encore fixée.

L’entretien de la voirie, des terrains de sports et des cimetières n’est pas concerné par cette loi. Une politique sans pesticides, qui implique de garder une partie des « mauvaises herbes », est moins bien acceptée dans ces lieux.

Cette anticipation de l’interdiction « est techniquement réalisable car elle ne porte que sur les espaces verts et les promenades ouvertes au public, surfaces pour lesquelles il existe des solutions alternatives à l’emploi des pesticides chimiques », souligne le gouvernement dans l’exposé des motifs de son amendement.

De plus, l’interdiction n’est pas totale puisque « les produits autorisés en agriculture biologique, les produits de bio-contrôle et les produits à faible risque continuent d’être autorisés », précise le gouvernement.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

 

Weka vous propose de découvrir cet extrait de Pratique du développement durable des territoires :

 

Livre blanc

Les évolutions en matière de consultation du public et des associations

Téléchargez

« Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites fixés par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement » selon l’article 7 de la Charte de l’environnement de 2004. La démocratie participative permet au citoyen et aux associations de prendre part, activement, aux décisions le concernant, dans des domaines très variés. À l’échelle nationale, le Grenelle de l’environnement est un bel exemple de concertation entre les différents acteurs : élus, associations, spécialistes environnementaux et citoyens.

Quels sont les mécanismes de consultation du public et des associations, en matière de prise de décision sur les questions environnementales ?

Découvrez ces mécanismes, en téléchargeant gratuitement la fiche « Les évolutions en matière de consultation du public et des associations ».

Cet extrait du service documentaire Pratique du développement durable des territoires vous est offert par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum