L’Île-de-France accélère la mise en œuvre de son plan « Air »

Développement durable

Le conseil régional d’Île-de-France, qui a voté en juin un « plan régional de la qualité de l’air » pour 2016-2021, va accélérer sa mise en œuvre face aux graves problèmes de pollution qui touche l’Île-de-France, a indiqué mardi 13 décembre Valérie Pécresse.

Entre 2015 et 2017, le budget « air » aura été multiplié par 13, passant de 600 000 en 2015 à 8 millions en 2017, a déclaré la présidente du Conseil régional lors d’un point-presse, après dix jours de nuage de pollution sur l’Île-de-France.

Elle a une nouvelle fois demandé à l’État la mise en place d’une écotaxe régionale pour les poids lourds en transit, défendant le « principe du pollueur-payeur », pour les routiers qui traversent la région.

Par ailleurs, la région, qui avait instauré la gratuité des transports en commun pendant les quatre jours de forte pollution et de circulation alternée, va « demander un retour d’expérience », afin de déterminer si la gratuité des transports a eu un impact sur le nombre d’usagers. Cette gratuité coute 4 millions d’euros par jour à la région.

Le plan « air », adopté à la quasi-unanimité en juin, prévoit notamment de mettre en place un fonds « air-bois » pour remplacer les vieilles chaudières à bois, extrêmement polluantes. « Les mauvaises chaudières à bois polluent plus en une journée qu’une voiture en une année », a insisté Chantal Jouanno (UDI), vice-présidente de la région chargé de l’environnement, expliquant que 15 % des ménages franciliens utilisent le bois pour se chauffer, et que les vieilles chaudières représentent 27 % des particules.

« On avait prévu un million d’euros pour le fonds air-bois, on triple le rythme (3 millions), pour atteindre en 2017, le chiffre de 4 000 chaudières remplacées », a-t-elle expliqué.

Le plan prévoit également des aides au remplacement des vieux véhicules utilitaires des artisans et commerçants franciliens, qui ne seront plus autorisés à circuler dans Paris à partir de janvier, avec la mise en place d’un système de vignettes. L’aide va être doublée pour atteindre 4 millions d’euros en 2017, a dit Mme Jouanno.

Le budget pour le développement des énergies renouvelables va également être porté de 10 millions à 12 millions.

Le plan propose aussi d’instaurer un nouveau plan vélo, de développer les parkings aux abords des principales gares pour encourager l’utilisation de transports en commun, et de mettre en œuvre une « expérimentation », avec des start-up, de dépollution de l’air du métro. Enfin, il prévoit aussi de financer davantage de capteurs d’Airparif et de relancer le fret fluvial.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum