Valbonne : un jeu pour sensibiliser les habitants au développement durable

Développement durable

Projet à la fois scientifique, ludique et artistique, « Écotype » permet de simuler l’impact des choix comportementaux sur l’environnement. Valbonne le teste pendant dix jours.

Pour la première en France, 10 au 19 mai 2013, Valbonne Sophia-Antipolis, propose un jeu sérieux (« serious game ») gratuit, pour aider les habitants et les élèves à prendre conscience des enjeux majeurs de l’avenir énergétique. Immergés dans un dôme géodésique interactif spectaculaire, où ils sont baignés de sons et d’images en mouvements, les visiteurs sont invités à aménager leur commune jusqu’en 2050, tout en répondant aux défis liés à la raréfaction des ressources énergétiques et à la croissance démographique.

Objectif : leur permettre d’évaluer l’impact de leurs choix sur l’aménagement, non seulement local (développement de la commune), mais aussi national (l’ensemble des communes de France) et mondial.

Un simulateur (« Écotype« ) étudie ce qu’il se passerait si toute la planète était aménagée comme le territoire en question… Ainsi, à la fin d’une partie, « Écotype » se déclenche et projette progressivement les joueurs jusqu’en 2050, à l’aide d’animations et de chiffres… Les concepteurs du simulateur expliquent qu’il s’agit d’une réalisation ludique et artistique sur les enjeux, à base d’informations réalistes et de formules de calculs vérifiables.
 

Année-limite d’épuisement des ressources

Individuellement ou par groupes de dix maximum, les joueurs agissent, à la fois, sur la maîtrise de notre croissance (démographique et économique), sur le développement des énergies renouvelables, et sur la baisse des énergies fossiles. Pour cela, ils ont pouvoir sur plusieurs domaines d’action, de façon détaillée : l’urbanisme, avec les différentes zones d’occupation des sols (habitat résidentiel ou collectif, économie tertiaire ou industrielle, agriculture, l’élevage ou la culture…), la réglementation (coefficient d’occupation des sols, normes énergétiques, production d’énergies, agriculture intensive ou extensive, espaces naturels protégés…), les équipements publics (biomasse, solaire, éolien, nucléaire, type de transports utilisés, traitement des déchets, logements sociaux, éducation, loisirs, nature…).

Les résultats se présentent sous la forme d’un score qui simule l’année-limite d’épuisement des ressources en fonction des choix opérés. Sont également fournis les indicateurs, en 2050, au plan local (rapport production et consommation énergétique, rapport déchets émis et déchets recyclés), au plan national (taux de production d’énergies renouvelables, émission de gaz à effet de serre), et au plan mondial, avec la concentration de CO2 dans l’atmosphère et l’état des réserves d’énergies fossiles.
 

Le projet pourrait s’étendre à tout le pays

« Conçu comme un événement artistique local visant à susciter une vision globale du développement durable », le projet « Écotype » est né d’un travail collectif réunissant scientifiques, artistes, entreprises, collectivités, paysagistes, sociologues…

Il vise à permettre à tous les habitants de la commune mais aussi aux usagers vivant, étudiant ou travaillant sur le territoire, d’y participer, en apportant leur vision du territoire sur les questions liées au développement durable.

Les rendez-vous sont collectifs (collèges, lycées, associations, comités d’entreprises…) ou individuels ; les particuliers bénéficient des conseils et de l’assistance d’un médiateur du projet. Après le test effectué à Valbonne Sophia-Antipolis, ce projet évoluera et s’enrichira en fonction d’autres territoires, pendant plusieurs années. Il pourrait ensuite être étendu à l’échelle nationale.

 

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum