À Madagascar, les restrictions frappent durement l’éducation

Éducation

La crise politique malgache pèse lourdement sur le système éducatif. Les réductions budgétaires drastiques font reculer le taux de scolarisation et entraînent une forte hausse du travail des enfants.

Un récent rapport de la Banque mondiale indique que le président Rajoelina – au pouvoir depuis mars 2009 – a réduit de 200 millions de dollars les crédits des services publics, dans l’un des pays les plus pauvres au monde. Cette situation découle du fait que de nombreux donateurs étrangers, dont les États-Unis, ont suspendu leur aide après son accession au pouvoir, largement considérée comme un coup d’État.

Ainsi, sur le programme de la Banque mondiale « Éducation pour tous » de plus de 80 millions de dollars dédiés à Madagascar, seuls 30 millions environ sont disponibles. « La perte de financements pourrait avoir un impact sur la capacité du ministère de l’Éducation à garder le système en état de marche… menaçant l’avenir de presque 40 000 enseignants (…) et d’au moins 2 millions d’enfants », indique Bruno Maes, un responsable de l’Unicef.

Selon une étude, le nombre d’élèves inscrits dans les écoles privées s’est effondré et le nombre d’enfants combinant l’école et un petit boulot a explosé. « La plupart des enfants des écoles publiques travaillent avant ou après l’école pour gagner de l’argent pour acheter leurs livres, ou pour le donner à leurs parents », affirme l’Unicef, ce qui compromet gravement leurs études. Une enfant de 12 ans indique, par exemple, qu’avant l’école elle fait la queue à la pompe à eau locale et livre ensuite des seaux d’eau à des clients, gagnant ainsi chaque jour environ 0,10 dollar qu’elle donne à sa mère. L’un de ses camarades, qui vend des noix après l’école pour 0,45 dollar par jour, affirme qu’il n’a « jamais le temps de faire les devoirs ».

Quant aux enseignants, rémunérés mensuellement entre 60 et 140 dollars, ils redoutent de ne pas être payés dans les prochains mois.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum