Efficience éducative et développement numérique (volet 3)

Éducation

Dans ce dernier volet, l’ANDEV s’interroge sur l’efficience du système éducatif au travers du prisme du numérique.

Quelques clés de la réussite du numérique

  • Une politique du numérique nécessite de savoir comment, pourquoi on achète, avec quel budget, selon quel équilibre, comment on les renouvelle, avec quels partenariats ?
  • Définir le bon niveau local de pilotage et donc le périmètre géographique qui renvoie à la question du projet éducatif local.
  • L’ambition d’un développement des TICE à l’école a plus de sens s’il s’inscrit dans un projet éducatif territorial, garantissant la continuité éducative dans la gouvernance, l’espace et le temps, lui-même inscrit dans un projet de société.
  • Le point qui suit est un souhait qui ne verra peut-être jamais le jour mais se poser la question peut aider au changement : définir les champs de compétences et les engagements des acteurs avec un cadre national fixant le niveau d’équipement et de mise à disposition des réseaux et leur financement pour les collectivités territoriales – et pour l’État, la définition d’une politique d’enseignement par le numérique, associée à des formations initiales et continues pour les enseignants et participer au développement d’outils numériques ; le réseau Canopée (Sceren CNDP) peut l’accompagner efficacement.
  • Peut-être en commençant à établir un cahier des charges ou recueil de bonnes pratiques, en veillant à respecter la richesse des territoires, leur diversité et notamment leurs différences.
  • Et peut-être encore un rêve, à savoir la réalisation d’une feuille de route globale au plan national : un plan numérique pour l’école permettant pour toutes les communes, dans le cadre de conventions de partenariat État et collectivités territoriales, de mettre en œuvre des efforts concertés pour former les jeunes.

Il est fondamental d’inscrire un projet numérique combinant le projet d’école et le projet du péri et de l’extrascolaire dans le projet éducatif de la commune, élaboré avec l’ensemble des acteurs concernés et dans le respect des ressources de chacun. Il faut notamment tenir compte de ce que l’élève va passer de l’école maternelle à l’école élémentaire, puis au collège et au lycée d’où la nécessité de continuité territoriale. La nouvelle liaison CM2-6e devrait dynamiser cette prise en compte. Le développement numérique nécessite cohérence et articulation d’un projet numérique de la commune avec celui du collège mis en œuvre par le département et celui du lycée mise en œuvre par la région. Dans la nouvelle réforme territoriale annoncée, les régions devront gérer les collèges et les lycées, participant ainsi à la réduction de ces fractures.

La continuité éducative est nécessaire aussi dans tous les temps

Les politiques éducatives des communes étant complémentaires de l’école, l’apprentissage et l’accompagnement des enfants pour un usage critique et responsable des outils numériques doivent se faire aussi autour de l’école autant que dedans.

Fortement présents sur les territoires, que ce soit l’accompagnement scolaire dans le cadre des CLAS, les études surveillées sur les territoires de droit commun ou encore les actions menées dans le cadre de l’accompagnement éducatif sur les territoires de la politique de la ville (PRE ou encore contrat urbain de cohésion sociale), et n’oublions pas les NAP – toutes ces actions ouvrent un large éventail de possibilités de découverte ou de perfectionnement à l’usage utilitaire ou créatif des outils du numérique, qui doit là aussi s’inscrire dans un projet éducatif sur tous les temps de l’enfant. Il ne faut donc pas oublier de prendre en compte cette notion cruciale de polyvalence des matériels.

Je l’ai dit tout à l’heure, le rôle des parents est primordial mais faut-il qu’ils en aient tous les moyens – d’où cette idée d’ouverture des établissements scolaires sur les temps extrascolaires, en reprenant l’idée que l’école doit être un lieu de vie. Mais rien ne peut se faire sans la formation des accompagnants et l’ANDEV continue à croire que des formations communes enseignants, animateurs TICE des collectivités et de l’Education nationale seraient très bénéfiques. Ces temps de rencontres manquent !

Quelle peut être l’efficience du système éducatif au travers du prisme du numérique ?

Si le développement du numérique apparaît aujourd’hui comme un moyen de faire évoluer le système éducatif, participe-t-il à l’efficience du système éducatif et contribue-t-il à la réussite scolaire ? Faut-il en faire une priorité ? Aussi importante que celle de l’organisation des rythmes scolaires ? On peut peut-être trouver une réponse dans le dernier livre d’Emmanuel Davidenkoff, « le Tsunami numérique », qui pense que, pour l’école, les avancées numériques sont en train de changer l’enseignement.

Il est cependant nécessaire aujourd’hui de penser une refondation de l’école autour du triptyque « valeurs, attentes et réalités » en matière éducative.

Qu’est-ce que l’efficience éducative aujourd’hui ?

On souhaite que cela soit de faire en sorte que les enfants vivent mieux que leurs parents et réussissent mieux. Or ce n’est plus le cas aujourd’hui ! – d’où la perte de confiance reconnue des familles dans le système éducatif, d’où la pression scolaire, d’où la surenchère éducative, d’où l’augmentation de l’offre du privé… Il faut réfléchir à l’efficience de l’ensemble des institutions et des systèmes de gouvernance, des actions d’éducation et l’ensemble des dispositifs. Cela ne doit pas reposer sur les enquêtes PISA, ni les résultats des évaluations de fin de CP, ni encore sur les performances au bac et les évaluations de celles des écoles.

L’efficience doit reposer sur bien d’autres choses en rapport avec l’évolution de la société, d’où l’idée portée depuis de  nombreuses années par l’ANDEV de la création d’un observatoire des politiques éducatives. Un observatoire a vu le jour récemment, auquel participe l’ANDEV – porté par l’Ifé -, peut-être est-ce là une réponse ?

Si l’on souhaite que le numérique soit une chance pour l’école, pour la réussite éducative des enfants, il doit être envisagé dans le cadre d’un projet partagé et inscrit dans le cadre du projet éducatif de territoire.

Nicolas Debucquet
Secrétaire national de l’ANDEV

En téléchargement gratuit pour approfondir ce sujet, Weka vous propose :

Livre blanc

L'éducation numérique, un enjeu majeur pour les collectivités

Téléchargez

En matière d’éducation numérique, la France accuse un retard significatif sur de nombreux pays (usages pédagogiques et équipement). Or le développement des TICE constitue un véritable enjeu de territoire pour l’égalité des chances, pour la réussite scolaire et comme levier d’intégration sociale. Plus que jamais, la mise en place de partenariats adaptés entre l’État et les collectivités territoriales s’avère indispensable pour redéfinir et mettre en œuvre une politique numérique nationale et locale performante.

Au sommaire de ce numéro :

  • L’équipement des établissements scolaires
  • Gouvernance et inégalités territoriales
  • Les leviers d’une politique globale et locale
  • Efficience du système éducatif et observatoire
  • Les élus et le numérique
  • Les collectivités bâtissent les établissements scolaires du XXIe siècle
  • Vers de nouveaux bassins territoriaux d’éducation numérique
  • Atelier « Éducation, Numérique et Territoires » de la mission Ecoter

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum