Formation / orientation: les régions soulignent leur « co-responsabilité »

Éducation

Les régions entendent bien exercer pleinement la « co-responsabilité » que leur donnent les réformes du gouvernement Ayrault en matière d’orientation et de formation professionnelle, a déclaré mercredi 4 septembre François Bonneau, responsable de l’éducation à l’Association des régions de France (ARF).

« C’est la première fois que l’État reconnaît à part entière le rôle des collectivités, à travers la loi sur la refondation de l’école » de Vincent Peillon, a souligné M. Bonneau, président de la Région Centre et de la commission Éducation de l’ARF, lors d’une conférence de presse sur la rentrée scolaire.

Ce texte prévoit que, « après accord du recteur », chacune des 26 régions « arrête la carte régionale des formations professionnelles initiales« , afin de traiter de manière globale l’offre de formation.

« La dichotomie entre l’État et les régions n’était pas tenable, nous avons fait valoir que les régions pouvaient prendre la responsabilité d’élaborer les cartes de la formation, une carte des formations sera votée par chaque conseil régional », après « un dialogue » qui impliquera aussi les branches professionnelles à l’échelle régionale, a expliqué M. Bonneau.

Les présidents de région, a-t-il insisté, se défendent d’avoir « une vision localiste » qui les conduirait à définir les formations proposées uniquement en fonction des débouchés au niveau régional. « Avant, communes,  départements,  régions étaient des supplétifs. Aujourd’hui, il y a une co-responsabilité. La responsabilité de l’État  est centrale, par exemple sur les diplômes, les programmes. Mais ça ne peut fonctionner que si les collectivités sont mobilisées dans la même direction », a dit M. Bonneau.

En matière d’orientation, la réforme de la décentralisation, encore à l’état de projets de loi, prévoit que « l’État et les régions ont la charge du service public de l’orientation tout au long de la vie« , a rappelé le président de la région Centre. La Région coordonnera les actions de toutes les structures hors du milieu scolaire (Missions locales pour les jeunes, chambres des métiers, Pôle Emploi, etc.)

Sans attendre le vote de la réforme, « une expérimentation » s’engage dans huit régions, en lien avec le ministère de l’Éducation nationale. « C’est la mise en réseau très fédérée, très professionnalisée des acteurs », qui doit déboucher sur « un service visible, fort partout sur le territoire » de l’orientation professionnelle, selon M. Bonneau. « Il y a trop de jeunes pour lesquels l’enchaînement n’a pas été possible entre formation et emploi, entre les formations elles-même », a-t-il affirmé.
 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2013

 

Évènement : Inscrivez-vous !

Weka organise le mardi 1er octobre 2013, à Paris, un petit déjeuner pour discuter et débattre des impacts managériaux, juridiques et financiers de la réforme des rythmes scolaires pour les collectivités territoriales.

Petits déjeuners Weka un rendez-vous pour les cadres territoriaux

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum