Le sport peine toujours à s’imposer à l’école

Éducation

La Cour des comptes formule des propositions pour revitaliser le sport scolaire.

Enseignement obligatoire, le sport à l’école concerne 12,4 millions d’élèves, via l’éducation physique et sportive (EPS), rappelle la Cour des comptes dans un rapport intitulé « L’école et le sport. Une ambition à concrétiser », rendu public en septembre. Cependant, en France, l’organisation scolaire n’intègre pas dans ses programmes la pratique sportive en tant que telle avec le même degré d’intensité que d’autres états européens, pointe la Cour. « Il en a toujours résulté un doute sur le fait que l’école française soit un lieu d’apprentissage des disciplines sportives, alors même que le temps d’instruction consacré à l’éducation physique et sportive se situe au-dessus de la moyenne européenne »

Le sport scolaire et le monde sportif entretiennent « un lien trop ténu », estiment notamment les auteurs du rapport. En outre, ils dénoncent « une efficience impossible à apprécier, en l’absence d’objectifs nationaux et d’évaluations certifiées ». Pourtant le sport à l’école représente une dépense de plus de 4 milliards d’euros pour l’Éducation nationale, à laquelle il convient d’ajouter une contribution importante des collectivités territoriales (contribution en personnel, soit près de 50 millions d’euros au niveau national, selon l’estimation de la Cour des comptes ; mise à disposition des équipements sportifs).

Si le sport à l’école est souvent considéré en France comme un « angle mort » de la scolarisation, c’est donc moins en raison d’un manque de moyens que « d’une conception extrêmement complexe, peu pilotée et coordonnée, marquée par des ruptures nombreuses de passage de relais, expliquent les auteurs du rapport. Il n’est pas excessif de conclure que l’éducation physique et sportive dans le primaire souffre d’une carence manifeste, comme d’estimer que l’approche territoriale est loin d’être homogène pour les équipements et l’intervention de personnels locaux, induisant des risques forts de discontinuité de l’enseignement, risques avérés pour l’apprentissage de la natation ».

Afin de « rendre plus effectif l’enseignement de l’EPS dans le primaire » et de « revitaliser le sport scolaire », la Cour des comptes formule donc 11 recommandations autour de quatre grandes orientations. À savoir :

  • Orientation n° 1 : Renforcer l’enseignement de l’EPS dans le primaire ;
  • Orientation n° 2 : Revitaliser l’organisation du sport scolaire ;
  • Orientation n° 3 : Faciliter les liens entre l’école et le sport ;
  • Orientation n° 4 : Donner au système éducatif des objectifs.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum