Plusieurs centaines de personnes à Créteil contre la réforme des rythmes scolaires

Éducation

Plusieurs centaines de personnes – enseignants, parents et élus – se sont rassemblées mercredi à Créteil pour demander l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires, qui doit être généralisée à la rentrée, a constaté une journaliste de l’AFP.

Cet article fait partie du dossier :

Éducation RYTHMES SCOLAIRES : UNE EXPÉRIMENTATION À PÉRENNISER Voir le dossier

Ils étaient 300 selon la police, 600 d’après les syndicats, à manifester leur refus de la réforme devant l’Inspection académique, à l’appel commun de plusieurs syndicats d’enseignants et de parents d’élèves. « Nous demandons à ce qu’il n’y ait aucune mise en place des rythmes à la rentrée », a déclaré à l’AFP Luc Bénizeau, secrétaire départemental adjoint du Snudi-FO, qui appelle à une journée de grève dans les écoles du département le 19 juin prochain. « Ni Peillon, ni Hamon », a-t-il ajouté, en référence au texte de l’ancien ministre de l’Éducation nationale organisant le retour à la semaine de neuf demi-journées, et à celui plus récent de son successeur permettant des assouplissements. « Le décret Hamon est encore pire. Il transfère tout dans les mains des maires, ce qui ne garantit pas l’égalité de traitement », s’inquiète-t-il.

Le Val-de-Marne est le seul département où aucune commune n’a souhaité mettre en œuvre cette réforme contestée à la rentrée 2013. Selon les syndicats, seulement quatre villes ont prévu de passer à la semaine de 4,5 jours en 2014. Selon Pascal Provent, conseiller municipal à l’Haÿ-les-Roses, « cela coûte trop cher et engendre une désorganisation pour les familles, les associations ». « Il y a une unanimité contre cette réforme », a-t-il résumé.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2014

Weka formation vous propose une formation adaptée à vos besoins :

Weka formation

Réforme des rythmes scolaires :
Optimiser l’organisation administrative et financière
de son projet périscolaire


Objectifs :

Modalités de mise en œuvre de votre nouveau projet périscolaire

  • Anticiper les impacts financiers de la réforme en termes organisationnel et budgétaire
  • Adapter l’organisation administrative à l’offre de service modifiée
  • Maîtriser les différentes politiques tarifaires envisageables
  • Établir une nouvelle politique tarifaire adaptée liant justice sociale et équilibre budgétaire
  • Optimiser le redéploiement des ressources existantes et solliciter de nouveaux financements

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En téléchargement gratuit pour approfondir ce sujet, Weka vous propose :

Livre blanc

Rythmes scolaires : l'expérimentation des 4,5 jours à l'école Sanquer, à Brest (2009-2013)

Téléchargez

Comment financer la mise en place des nouveaux rythmes scolaires, comment organiser les temps et les espaces, comment recruter et former les personnels d’animation, comment réorganiser les transports scolaires, la cantine…, autant de questions qui ont dicté le choix de 80 % des communes d’attendre la rentrée de 2014 pour appliquer la réforme des rythmes scolaires.

Petit retour en arrière. En 2008, Xavier Darcos annonce le retour à la semaine de 4 jours. À Brest, au bout d’une année, les élus locaux emmenés par le maire de la ville proposent l’expérimentation de la semaine de 4,5 jours à l’occasion d’une réunion bilan. L’école élémentaire Sanquer et le Patronage laïque répondent à cette proposition. Vote unanime du conseil d’école mais seulement 51 % des parents y étaient favorables. L’expérimentation de la semaine de 4,5 jours débute donc à l’école Sanquer en septembre 2009. Elle concerne 7 classes, soient 170 élèves.

Ce dossier de la collection « Les Focus Weka » offert gracieusement consacre les témoignages des principaux partenaires : concertation, échange, confiance, enthousiasme, savoir-faire en sont les mots-clés. Avec comme unique et constante préoccupation, le bien-être des enfants.

Au sommaire de ce numéro :

  • Entretien avec Marc Sawicki, adjoint au maire en charge de la politique éducative locale, à Brest
  • Entretien avec Yann Guével, adjoint au maire en charge des équipements socio-culturels et du patrimoine, à Brest
  • Entretien avec Philippe Le Bian, directeur de l’école élémentaire Sanquer, à Brest
  • Entretien avec Patrick Belloeil, responsable du Patronage laïque municipal Sanquer
  • Entretien avec Paul Monnoyer, responsable du projet éducatif local de Brest
  • Pour en savoir plus

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum