Refondation : lutte contre le décrochage scolaire

Éducation

Constatant que le nombre de sorties sans qualification stagne depuis plusieurs années, les rapporteurs préconisent plusieurs mesures pour lutter contre le décrochage scolaire. François Hollande, dans son discours à la Sorbonne du 9 octobre 2012, suit les préconisations faites. L’ambition affichée est de diviser par deux le nombre de sorties sans diplôme.

Le constat

Les sorties sans diplôme, bien qu’elles aient diminué au regard des trois dernières décennies, restent importantes. Ainsi le CEREQ faisait état en 2010 d’un taux de 18 % de jeunes (soit 130 000 par génération) qui achevaient leurs études secondaires sans diplôme (CAP, BEP ou baccalauréat).

Certes, des progrès ont été faits comparativement au début des années 1980 où ce chiffre frôlait les 30 %. Mais les rapporteurs estiment que « dans un pays comme la France, la possession d’un diplôme est déterminante, cette situation est insupportable et représente un défi pour l’École et pour la Nation tout entière ». Ils notent, par ailleurs, que les victimes les plus nombreuses de ce décrochage scolaire sont les garçons.

Face à ce problème, les mesures engagées durant le dernier quinquennat se sont avérées peu concluantes. Les rapporteurs estiment que « les dispositifs de seconde chance n’ont été mis en place que de façon ponctuelle » et, par ailleurs, sans réelle implication de l’État, pas même au plan de la coordination de ces différentes actions souvent du fait d’associations ou de collectivités territoriales.

L’ambition

On le voit, la volonté d’en finir avec un système « séparatiste » est bel et bien réelle. Les rapporteurs estiment que c’est l’ensemble du parcours scolaire qu’il faut revisiter et que l’on doit se soucier autant du « développement d’une élite scolaire » que de l’aide aux élèves les plus en difficulté. C’est d’ailleurs la politique qu’ont adoptée bon nombre de pays étrangers, classés parmi les plus performants à l’échelle internationale.

De ce fait, la question du socle commun et de sa nécessaire rénovation est posée : une attention particulière doit être portée à la pédagogie individualisée (élèves acteurs et créateurs) dans le but « d’allonger les carrières scolaires ».

Enfin, il faudra faire évoluer, dans cette optique, le système d’orientation pour qu’il corresponde réellement à un parcours volontaire de l’élève plutôt qu’à des choix par défaut, opérés par d’autres que le jeune concerné.

Les propositions

Pour les rapporteurs, il faut se mobiliser, le plus tôt possible dans la scolarité de l’élève autour du repérage et de la prévention du décrochage scolaire. Par ailleurs, des partenariats doivent être noués entre l’État, les collectivités, les établissements, la mission générale d’insertion, chambres consulaires, entreprises, associations… pour offrir des réponses cohérentes et adaptées.

Le rapport suggère de :

  • mettre en place systématiquement un référent dans les collèges et les lycées professionnels à fort taux de décrochage ;
  • responsabiliser l’ensemble de l’équipe éducative, notamment les enseignants, dans la lutte contre l’absentéisme qui est souvent le premier symptôme et la première étape du décrochage (tutorat, formation, mise à disposition d’outils professionnels…) ;
  • garantir un droit d’accès à la qualification et un « droit au retour » effectif pour tous ceux qui ont interrompu leurs études sans diplôme.

Le président Hollande annonce d’ores et déjà la mise en place de référents dans les collèges et les lycées professionnels ciblés. Pour le reste, il faudra suivre de près l’élaboration de la loi d’orientation .

Pour en savoir plus :

Découvrez Pratiques du Conseiller principal d’éducation, un service documentaire des Éditions Weka conçu pour vous, conseillers principaux d’éducation et responsables de la vie scolaire. Il vous accompagnera dans tous les aspects de votre fonction :

  •     Perfectionner le pilotage du service de la vie scolaire.
  •     Stimuler l’éducation à la citoyenneté et les animations socio-éducatives.
  •     Donner des perspectives ambitieuses et adaptées à chaque élève.
  •     Faire appliquer la règlementation et attribuer des sanctions disciplinaires.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum