Voie professionnelle : quid des diplômes en 2012 ?

Éducation

Une note de la Depp sur « les diplômes de l’enseignement professionnel, session 2012 » est parue en avril 2013.

À la session 2012, 557 600 diplômes de l’enseignement professionnel ont été délivrés par les ministères de l’Éducation nationale et de l’Agriculture (environ 35 700 de plus en 2011). Plus de 60 % des diplômés sont de niveau V.

Tous diplômes confondus, la réussite est stable par rapport à la session 2011. Enfin, les cursus en quatre ans obtiennent un taux de réussite plus élevé au bac professionnel que les cursus en trois ans et ce quelque soit le statut des candidats (apprentis, statut scolaire). De quoi faire douter sérieusement de l’intérêt de la réforme de la voie professionnelle…

CAP

La Depp rappelle que ce diplôme vise à dispenser « un savoir-faire pratique dans des secteurs permettant une insertion professionnelle immédiate », de niveau V. Ainsi, son titulaire peut se prévaloir d’une qualification d’ouvrier ou d’employé qualifié, d’où la forte proportion de candidats en apprentissage.

À l’examen du CAP, ce sont les candidats en formation continue qui sont les plus performants, avec un taux de réussite de 88,7 %.

BEP

Le BEP, comme le CAP, « permet une insertion professionnelle dans un emploi d’ouvrier ou d’employé qualifié », mais il vise principalement une poursuite d’études. 90 % des candidats à ce diplôme sont sous statut scolaire ; seuls 4 % le préparent en apprentissage.

Il est à noter que le nombre de candidats présents diminue pour les diplômes du BEP, du BP et des mentions complémentaires. Les plus performants à cet examen sont les apprentis avec 83,5 % de réussite, contre 80,5 % pour les scolaires. Les candidats individuels, en enseignement à distance ou en formation continue réussissent plus difficilement et obtiennent ainsi un taux de réussite faible (60,0 %).

Bac professionnel

Si le baccalauréat professionnel peut se prévaloir d’une forte hausse de candidats par rapport à la session précédente (+ 57 600), il n’en reste pas moins que c’est aussi le seul diplôme professionnel qui voit son taux de réussite diminuer de près de 6 points par rapport à la session 2011.

84 % des candidats au bac professionnel préparent cet examen sous statut scolaire, contre 12 % via l’apprentissage et 3 % en formation continue. Ces derniers restent malgré tout les plus performants (83 % de taux de réussite), suivis des apprentis (80,4 %) puis des candidats de la voie scolaire (78,4 %).

Pour en savoir plus :

Voir également :

Livre blanc

Le baccalauréat professionnel

Téléchargez

Créé en 1985, le baccalauréat professionnel marque une révolution pour ce type d’enseignement : en conjuguant l’apprentissage d’un métier avec le premier grade universitaire, il permet aux élèves de l’enseignement professionnel d’accéder au niveau IV de formation et d’envisager une poursuite d’études.

Depuis la rénovation de 2009, il est préparé en trois ans par tous les élèves à partir de la seconde professionnelle (alors qu’il ne l’était que par la moitié d’entre eux après un BEP). Il contribue par ailleurs de manière significative à augmenter la proportion de bacheliers dans une génération.

En collège ou en lycée professionnel (LP), le CPE doit parfaitement connaître ces formations, qu’il s’agisse d’aider les élèves dans leur projet d’orientation ou de les accompagner dans leur formation.

Cette fiche positionne le baccalauréat professionnel parmi les autres baccalauréats, et précise ses caractéristiques pédagogiques ainsi que ses modalités de certification.

Cette fiche extraite du service documentaire Pratiques du Conseiller principal d’éducation vous est offerte par les Éditions Weka.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum