Le CESE prône un plan de mobilisation en faveur de l’emploi des seniors

Emploi

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) avance 17 recommandations pour favoriser l’emploi des seniors.

« Sous le double effet de l’allongement de la vie et des réformes des retraites, les seniors en activité constituent une part de plus en plus grande de la population », note le Conseil économique, social et environnemental (CESE), dans son avis sur « L’emploi des seniors » publié fin avril. De fait, 7 personnes sur 10 âgées de plus de 55 ans occupent aujourd’hui un emploi ou sont en activité. Les seniors sont pourtant confrontés à de nombreux écueils dans leur rapport à l’emploi : absence de perspective de carrière, moindre accès à la formation, usure professionnelle, chômage, licenciements, précarité, discriminations… « Pour autant, ils disposent indéniablement d’atouts en matière d’expériences, de savoir-faire et de capacités d’intégration au sein d’équipes », estime le CESE dans son avis rendu à la demande du Premier ministre.

En 20 ans, la France est passée d’une politique très largement axée sur les retraits précoces du marché du travail, notamment par le biais de préretraites, à une politique d’allongement des fins de carrière. « Ce bouleversement engendre un enjeu majeur, qui est d’éviter que l’allongement progressif des fins de carrière ne se traduise par une augmentation du chômage en général et celui des seniors en particulier, davantage exposés au risque de chômage de longue durée », explique le Conseil. 1,5 million de personnes de plus de 50 ans sont aujourd’hui à la recherche d’un emploi.

Pour favoriser l’emploi des seniors, le CESE formule donc 17 recommandations, articulées autour de trois axes d’actions.

Axe 1 : lutter contre les stéréotypes et rendre effectif le principe de non-discrimination à l’égard des seniors

  • Organiser des campagnes d’information auprès de tous les publics ;
  • Former et sensibiliser l’encadrement du secteur privé et public à la question des stéréotypes et des discriminations à l’égard des seniors ;
  • Prévenir le risque de discrimination par l’âge en mobilisant des pratiques responsables de recrutement.

Axe 2 : garantir le maintien des seniors dans l’emploi

  • Engager des négociations dans la fonction publique sur la seconde partie de carrière ;
  • Créer un dispositif national d’appui à la négociation de mesures actives en faveur de la gestion des âges ;
  • Intégrer des mesures actives d’accompagnement des salarié.e.s seniors dans le cadre du congé de mobilité ;
  • Évaluer l’usage et les effets des ruptures conventionnelles individuelles sur l’emploi des seniors ;
  • Promouvoir une culture de la formation tout au long de la vie en s’appuyant sur l’entretien professionnel ;
  • Développer la certification Cléa dans les branches professionnelles en vue d’une meilleure reconnaissance des qualifications ;
  • Accroître la reconnaissance des qualifications et la formation certifiante dans des activités employant très majoritairement des femmes ;
  • Prévenir et agir contre les effets de la pénibilité au niveau des branches professionnelles et des entreprises afin de sécuriser les parcours professionnels ;
  • Favoriser la pratique sportive sur le lieu de travail (négociation d’accords collectifs, plan national élaboré avec les professionnels du secteur et les pouvoirs publics). Soutenir les investissements dans des équipements sportifs avec une mesure financièrement incitative pour les entreprises de moins de 300 salarié.e.s et le recours à des partenariats (organismes signataires d’un accord de prévoyance, services de santé au travail).

Axe 3 : accompagner les transitions professionnelles

  • Confier à la future Agence France Compétences une mission d’expérimentation d’un mécénat de compétences de seniors volontaires en faveur et à la demande de PME-TPE, ainsi que le lancement d’un appel à projet pour soutenir des initiatives locales innovantes favorisant l’insertion ou la reconversion professionnelles de seniors.
  • Généraliser le recours au conseil en évolution professionnelle dans le cadre d’un accueil et d’un suivi présentiels des demandeur.euse.s d’emploi de plus de 50 ans par Pôle emploi.
  • Accompagner le retour à l’emploi des demandeur.euse.s d’emploi de 57 ans et plus en créant un contrat de travail assorti d’une aide financière aux entreprises.
  • Mieux informer sur les droits et les conditions de départ à la retraite tout au long de la carrière professionnelle. Généraliser les ateliers d’information des demandeur.euse.s d’emploi organisés par Pôle emploi et les CARSAT.
  • Inciter à la négociation d’accords d’aménagements de fin de carrière au niveau des branches et des entreprises en garantissant le maintien des cotisations retraites sur la base d’un taux plein, et en intégrant les dimensions de transmission intergénérationnelle des savoirs, ainsi que la situation des femmes.

Source : « L’emploi des seniors », Conseil économique, social et environnemental (CESE), avril 2018

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum