Le gouvernement lance une mission sur la santé au travail

Emploi

Les conclusions de la mission sur la santé au travail sont attendues pour le 31 mars 2018.

La ministre du Travail et la ministre des Solidarités et de la Santé ont confié, fin novembre, une mission sur la santé au travail à trois personnalités. À savoir : le représentant syndical Jean-François Naton, la députée LREM du Nord Charlotte Lecocq et la personnalité qualifiée Bruno Dupuis. « En matière de santé au travail, des progrès ont été réalisés, notamment pour que la qualité de vie au travail devienne un véritable sujet de négociation au sein des entreprises. Toutefois, la situation demeure perfectible sous différents aspects », estiment les deux ministres.

« Il y a aujourd’hui 4 858 médecins du travail en France pour 18 millions de salariés dans le secteur privé. En 10 ans, nous avons perdu 30 % du nombre de médecins du travail et, aujourd’hui, 75 % des médecins du travail ont plus de 55 ans. Si nous n’agissons pas, nous allons au-devant d’une véritable pénurie de médecins du travail », explique la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Les accidents du travail et les maladies professionnelles sont encore trop nombreux. Les services de santé au travail, « acteur central de la politique de prévention », souffrent d’une désaffection qui peut, sans action corrective, devenir problématique. De multiples acteurs interviennent en la matière, au niveau national comme au niveau régional ou local, sans toujours la coordination nécessaire pour maximiser l’efficacité des actions portées, poursuit la ministre.

Ce constat appelle « des mesures à la hauteur des enjeux ». Le troisième plan de santé au travail constitue déjà un plan d’actions « ambitieux », élaboré à l’unanimité des partenaires sociaux, se félicitent les deux ministres. Il appelle néanmoins en « une réflexion plus globale », qui permette de définir un état des lieux des enjeux, des acteurs et de faire des propositions en matière d’actions de prévention sur la santé au travail, le cas échéant en s’appuyant sur les pratiques existant chez nos partenaires à l’étranger.

En complément de la mission confiée au Professeur Frimat sur les risques chimiques, Muriel Pénicaud et Agnès Buzyn ont donc demandé à Jean-François Naton, Charlotte Lecocq et Bruno Dupuis de dresser cet état des lieux de la santé au travail et de formuler des propositions. Les conclusions de la mission sont attendues au 31 mars 2018.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum