Le gouvernement veut former 2 millions de demandeurs d’emploi

Emploi

Le Grand plan d’investissement annoncé par le Premier ministre va consacrer 15 milliards d’euros à la formation professionnelle.

Présenté le 25 septembre par le Premier ministre et son rapporteur, Jean Pisany-Ferry, le Grand plan d’investissement 2018-2022 consacre 15 milliards d’euros à la formation professionnelle, sur un total de 57 milliards d’euros. Objectif affiché par Édouard Philippe : former un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes décrocheurs « pour édifier une société de compétences et lutter durablement contre le chômage ». Aujourd’hui, le taux de chômage des Français sans diplôme s’élève 18 %, contre 6 % pour les ceux ayant un diplôme bac + 2 et équivalent. La ministre du Travail l’a rappelé à maintes reprises depuis sa prise de fonction, « la meilleure protection contre le chômage, c’est la compétence ». Le plan du gouvernement veut ainsi s’attaquer au chômage de masse. Un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés et un million de jeunes éloignés du marché du travail vont donc être formés, dans les 5 ans à venir, pour améliorer leur retour à l’emploi.

Afin de proposer des formations de qualité et d’atteindre des taux de retour à l’emploi élevés, trois conditions devront être remplies :

  • La priorité à des formations longues et qualifiantes, susceptibles d’améliorer durablement l’accès des bénéficiaires à l’emploi.
  • Un accompagnement individualisé des personnes admises en formation, en amont et en aval de la formation elle-même.
  • Une transformation de notre système de formation professionnelle.

Voici quelques exemples des mesures prévues par le gouvernement dans le cadre de ce plan :

  • Rendre l’apprentissage plus attractif pour les entreprises et pour les jeunes, en préparant la transition du système scolaire vers le monde du travail par une meilleure information des jeunes, une meilleure réactivité et une co-construction de l’offre de formation en lien avec les besoins des entreprises.
  • Accompagner les personnes les plus fragiles pendant leur formation, afin de prévenir les décrochages, d’anticiper la recherche d’emploi post-formation en capitalisant sur les acquis, et, le cas échéant, d’effectuer un travail de médiation entre le formateur et le formé.
  • Développer un véritable système d’information de la formation professionnelle, ergonomique et efficace.
  • Développer les formations à distance (250 000 sont annoncées).

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum