Le congé paternité va être doublé

Enfance et famille

À compter de juillet 2021, le congé paternité sera porté à 28 jours.

À l’occasion d’un déplacement dans un centre de protection maternelle et infantile (PMI) de Longjumeau (Essonne), le président de la République a annoncé, ce mercredi 23 septembre 2020, le doublement de la durée du congé paternité à compter du mois de juillet 2021. Cet allongement du congé paternité, instauré en janvier 2002, constitue « une avancée sociale majeure, insiste-t-on à l’Élysée. C’est aussi une nouvelle avancée en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, qui est la grande cause nationale de ce quinquennat ».

Concrètement, comment la mesure va-t-elle se traduire ? Jusque-là, le congé paternité était de 14 jours maximum. Cette durée va donc être doublée pour passer à 28 jours. Sur ce mois de congé, une période de 7 jours sera obligatoire, a insisté Emmanuel Macron.

Les spécialistes l’ont montré, le temps du congé paternité est actuellement trop faible pour permettre au nouveau-né de se développer le mieux possible. « Deux semaines, c’est donc trop peu. C’est trop peu pour les nourrissons. C’est trop peu pour les mères, qui, trop souvent, après l’accouchement et dans les premières semaines de l’enfant, se retrouvent seules et doivent assumer les charges de la famille. C’est trop peu pour les pères, qui sont nombreux à demander à pouvoir passer plus de temps avec leur enfant, leur famille », justifie l’entourage du chef de l’État. L’annonce du président de la République intervient après la remise du rapport de la commission d’experts présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik sur les « 1 000 premiers jours » de l’enfant, le 8 septembre. La mesure s’avère cependant moins ambitieuse que les recommandations de la commission en la matière, qui proposait d’allonger le congé paternité à neuf semaines, fractionnables.

La mesure figurera dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2021, a précisé le secrétariat d’État chargé de l’Enfance et des Familles. Sa charge financière est évaluée entre 250 et 260 millions d’euros pour 2021 et autour de 500 millions d’euros en année pleine, à partir de 2022.

Posté le par

Recommander cet article