Condamnation pénale et information de l'administration

Fonction publique

Il est créé dans le Code de procédure pénale, un article 11-2 qui prévoit que le ministère public peut informer par écrit l’administration qui emploie, y compris à titre bénévole, une personne condamnée.

L’information peut être effectuée y compris pour une condamnation à titre non définitif, pour un crime ou un délit puni d’une peine d’emprisonnement, ou faisant l’objet de la saisine d’une juridiction de jugement ou encore d’une mise en examen pouvant conduire à des peines de même nature. La personne concernée a connaissance de cette procédure. L’administration transmet ces informations aux personnes compétentes pour faire cesser ou suspendre l’exercice de l’activité professionnelle. Dans le cas d’un non-lieu ou d’une décision de relaxe ou d’acquittement, ces informations sont retirées ou supprimées du dossier de la personne concernée.

 

Texte de référence : Document de l’Assemblée nationale, n° 3261, 25 novembre 2015

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques