Pour des concours plus modernes !

Fonction publique

Le CSFPT appelle à modifier certains concours et examens de la fonction publique territoriale.

Continuer à moderniser, professionnaliser et simplifier les concours et examens de la territoriale. Voilà les objectifs fixés par le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) dans un rapport qu’il a approuvé à l’unanimité lors de sa séance plénière du 29 septembre. En ce sens, le CSFPT appelle les ministères chargés de la réglementation des concours à la modification de décrets.

Tout d’abord, il pointe plusieurs améliorations à faire par cadre d’emplois. Cela concerne, pour la catégorie A, les concours aux postes d’administrateur, d’attaché de conservation du patrimoine, de conseiller socio-éducatif, d’ingénieur et d’ingénieur en chef et de professeur d’enseignement artistique.

Pour la catégorie B, ce sont les concours d’assistant et assistant qualifié de conservation, d’éducateur des activités physiques et sportives et de rédacteur que le CSFPT appelle à modifier. Pour la catégorie C, il s’agit de ceux d’adjoint du patrimoine de première classe, d’adjoint technique et d’agent de police municipale.

Le Conseil juge par exemple que le concours interne d’ingénieur est peu attractif et connaît un fort taux d’échec. Il propose donc une réduction du nombre et de la durée des épreuves. Le CSFPT souhaite également que les épreuves soient harmonisées entre les filières de la territoriale, mais aussi entre les trois fonctions publiques.

Concernant l’examen professionnel de rédacteur par voie de promotion interne, le rapport pose le problème des lauréats en attente de nomination et risquant de perdre le bénéfice de leur examen car sans poste. Selon lui, chaque autorité organisatrice devrait pouvoir « décider de la pertinence de l’organisation de l’examen au regard du nombre d’agents potentiellement promouvables ».

Dans le même ordre d’idée, le CSFPT pose le problème des lauréats de concours qui, faute d’avoir trouvé un poste « dans la durée légale de leur inscription sur la liste d’aptitude », perdent le bénéfice du concours. Il n’apporte toutefois pas de solutions à ce souci.

Charlotte de L’escale

Texte de référence :

Téléchargez le document au format pdf Concours et examens de la fonction publique territoriales : bilans et perspectives, 29 septembre 2010, CSFPT

L'analyse des spécialistes

  • Loi Élan : focus sur le PLU Urbanisme

    Loi Élan : focus sur le PLU

    18/04/19
    La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique, dite loi Élan, contient un certain nombre de dispositions relatives aux documents d’urbanisme, et plus particulièrement au plan local d’urbanisme (PLU).
  • La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification Urbanisme

    La loi Élan emporte des ajustements ponctuels sur les procédures d’urbanisme et les documents de planification

    16/04/19
    La loi Élan du 23 novembre 2018 participe de la stratégie « logement » initiée par le gouvernement. Elle s’articule autour de quatre objectifs politiques : construire plus, mieux et moins cher ; faire évoluer le logement social ; répondre aux besoins de chacun ; améliorer le cadre de vie.
  • Les apports de la loi Élan quant à l'urbanisation du littoral Urbanisme

    Les apports de la loi Élan quant à l’urbanisation du littoral

    05/04/19
    La loi Élan est entrée en vigueur le 25 novembre 2018. Certaines de ses dispositions concernent notamment les communes du bord de mer puisqu'elles viennent assouplir la loi Littoral en permettant l’urbanisation du littoral. Jean-Baptiste Dubrulle, Avocat associé, et Kévin Holterbach, Avocat, tous deux chez Bignon Lebray, nous apportent des précisions sur le volet littoral de la loi Élan.
  • Tous les articles juridiques