Pour des concours plus modernes !

Fonction publique

Le CSFPT appelle à modifier certains concours et examens de la fonction publique territoriale.

Continuer à moderniser, professionnaliser et simplifier les concours et examens de la territoriale. Voilà les objectifs fixés par le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) dans un rapport qu’il a approuvé à l’unanimité lors de sa séance plénière du 29 septembre. En ce sens, le CSFPT appelle les ministères chargés de la réglementation des concours à la modification de décrets.

Tout d’abord, il pointe plusieurs améliorations à faire par cadre d’emplois. Cela concerne, pour la catégorie A, les concours aux postes d’administrateur, d’attaché de conservation du patrimoine, de conseiller socio-éducatif, d’ingénieur et d’ingénieur en chef et de professeur d’enseignement artistique.

Pour la catégorie B, ce sont les concours d’assistant et assistant qualifié de conservation, d’éducateur des activités physiques et sportives et de rédacteur que le CSFPT appelle à modifier. Pour la catégorie C, il s’agit de ceux d’adjoint du patrimoine de première classe, d’adjoint technique et d’agent de police municipale.

Le Conseil juge par exemple que le concours interne d’ingénieur est peu attractif et connaît un fort taux d’échec. Il propose donc une réduction du nombre et de la durée des épreuves. Le CSFPT souhaite également que les épreuves soient harmonisées entre les filières de la territoriale, mais aussi entre les trois fonctions publiques.

Concernant l’examen professionnel de rédacteur par voie de promotion interne, le rapport pose le problème des lauréats en attente de nomination et risquant de perdre le bénéfice de leur examen car sans poste. Selon lui, chaque autorité organisatrice devrait pouvoir « décider de la pertinence de l’organisation de l’examen au regard du nombre d’agents potentiellement promouvables ».

Dans le même ordre d’idée, le CSFPT pose le problème des lauréats de concours qui, faute d’avoir trouvé un poste « dans la durée légale de leur inscription sur la liste d’aptitude », perdent le bénéfice du concours. Il n’apporte toutefois pas de solutions à ce souci.

Charlotte de L’escale

Texte de référence :

Téléchargez le document au format pdf Concours et examens de la fonction publique territoriales : bilans et perspectives, 29 septembre 2010, CSFPT

L'analyse des spécialistes

  • Dispositions transitoires concernant les réunions des organes délibérants des collectivité locales : que dit le projet de loi ? Élus

    Crise sanitaire : prolongement des mesures dérogatoires relatives aux réunions des organes délibérants des collectivités locales

    24/09/20
    Le projet de loi prorogeant le régime transitoire institué à la sortie de l'état d'urgence sanitaire déposé par le gouvernement était initialement muet sur les mesures concernant le fonctionnement des assemblées délibérantes des collectivités et de leurs établissements publics. Le texte de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République1 précise les conditions de tenue des réunions des organes délibérants jusqu'au 1er avril 2021.
  • Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l'artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ? Urbanisme

    Pouvoirs des préfets en matière de lutte contre l’artificialisation des sols : que prévoit la circulaire du 24 août 2020 ?

    18/09/20
    La circulaire du 24 août 20201 prise par le Premier ministre rappelle le rôle des préfets en matière d'aménagement commercial dans le cadre de la lutte contre l'artificialisation des sols.
  • Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ? Élus

    Insultes et agressions envers des élus locaux : que prévoit la circulaire “Dupont-Moretti” ?

    11/09/20
    La circulaire relative au traitement judiciaire des infractions commises à l’encontre des personnes investies d’un mandat électif et au renforcement du suivi judiciaire des affaires pénales les concernant, dite « Dupont-Moretti », en date du 7 septembre 2020, renforce les protections des élus locaux dans un contexte où plusieurs maires ont été agressés cet été.
  • Tous les articles juridiques