Réintégration et disponibilités pour convenances personnelles

Fonction publique

Le Défenseur des droits, dans l’affaire n° 2014-211 du 7 janvier 2015, précise les conditions de réintégration d’une fonctionnaire après une disponibilité pour convenances personnelles.

Le fait de ne pas réintégrer un agent à l’issue d’une période de disponibilité pour convenances personnelles alors qu’apparaît sur les tableaux des effectifs un nombre d’emplois correspondant à son grade, supérieurs à ceux effectivement pourvus, que son poste a été confié à un agent contractuel et qu’aucun texte n’oblige l’agent maintenu en disponibilité pendant 15 ans à renouveler sa demande de réintégration, justifie l’octroi par l’employeur d’une indemnité réparant les préjudices causés à l’agent. Le Conseil d’État a par ailleurs jugé le 23 juillet 1993 (n° 132655) que la réintégration de l’agent doit intervenir dans un délai raisonnable.

 

Texte de référence : Décision MSP-2014-211 du 7 janvier 2015 relative à l’indemnisation d’un fonctionnaire territorial qui n’a obtenu sa réintégration à la suite d’une disponibilité pour convenances personnelles qu’au bout de quinze ans

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques