Temps de repos des moniteurs de colonies de vacances

Fonction publique

Dans un arrêt du 30 janvier 2015, la Haute Juridiction apporte des précisions sur le temps de repos des moniteurs de colonies de vacances.

Le Conseil d’État considère que la différence de traitement entre les titulaires d’un contrat d’engagement éducatif et les agents sous contrat à durée déterminée est justifiée par des raisons objectives.

Il rappelle par ailleurs que les dispositions des articles D. 423-3 et D. 423-4 du Code de l’action sociale et des familles fixent les conditions dans lesquelles le repos quotidien des animateurs des centres de vacances peut être supprimé ou réduit. Il analyse aussi la notion de repos compensateur et la compatibilité de son report avec le droit européen ainsi que la jurisprudence européenne.

 

Texte de référence : Conseil d’État, 1re / 6e SSR, 30 janvier 2015, n° 363520

L'analyse des spécialistes

  • Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public Urbanisme

    Modernisation des règles de gestion des biens immobiliers du domaine public

    12/12/17
    La gestion du patrimoine immobilier des collectivités publiques est un sujet aussi complexe que sensible. Retours sur les principaux points établis par l'ordonnance n° 2017-562 du 19 avril 2017.
  • Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017 Concurrence

    Domaine public, occupation et mise concurrence : retours sur les apports de l’ordonnance du 19 avril 2017

    06/12/17
    Depuis le 1er juillet 2017, les gestionnaires du domaine public sont obligés de mettre en œuvre des procédures transparentes et non discriminatoires avant d’autoriser une personne à occuper le domaine public.
  • Droit de la fonction publique et harcèlement moral: du bon usage du référé-libertés fondamentales Droits et obligations

    Droit de la fonction publique : harcèlement moral et bon usage du référé-libertés fondamentales

    15/11/17
    Le droit de ne pas être soumis à un harcèlement moral constitue, pour un agent public, une liberté fondamentale invocable dans le cadre du référé-liberté.
  • Tous les articles juridiques