Prime d’activité : le nombre de bénéficiaires a augmenté de moitié en un an

Insertion

Plus de 4 millions de foyers bénéficiaient de la prime d’activité au 31 mars 2019, selon la Cnaf.

Fin mars 2019, les Caisses d’allocations familiales (CAF) ont versé la prime d’activité à 4,1 millions de foyers résidant en France entière (données estimées), soit une progression de 52,2 % sur un an, selon la publication électronique de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) Prime d’activité Conjoncture (n° 13, juillet 2019). Cette évolution se traduit par une augmentation de 52,5 % de la masse financière consacrée à cette prestation, par rapport au dernier trimestre 2018. Ainsi, le montant total versé au premier trimestre 2019 s’élevait à 2,2 milliards d’euros. « Cette forte hausse des effectifs et des dépenses est à relier à la revalorisation de 90 euros du montant maximum de la bonification individuelle, qui a accru le recours à la prestation, tout en augmentant le montant de prime d’activité versé aux personnes qui en bénéficiaient déjà », explique la Cnaf.

Selon les données définitives de décembre 2018, le nombre de bénéficiaires de la prime d’activité a atteint 3,04 millions de foyers en fin d’année, pour un montant mensuel moyen de 173 euros.

Depuis la création de la prime d’activité et sa phase de montée en charge au cours de l’année 2016, les dépenses versées aux allocataires chaque trimestre et les bénéficiaires (en données brutes) ont augmenté régulièrement jusqu’au troisième trimestre 2018. Avec, cependant, des pics saisonniers à la baisse pour les dépenses au premier trimestre de chaque année. Ils ont ensuite connu une accélération au dernier trimestre 2018 et donc une hausse très forte au premier trimestre 2019, à la suite de la revalorisation exceptionnelle de la prime d’activité.

En tendance, c’est-à-dire une fois neutralisés les effets des modifications de barèmes, des mesures réglementaires et de la saisonnalité, les dépenses comme les bénéficiaires ont connu une croissance continue depuis la mise en place de la prestation. « Avant les réformes du dernier trimestre 2018 et de début 2019, les dépenses et bénéficiaires en données brutes ont cru moins rapidement que les dépenses et bénéficiaires en données corrigées des variations saisonnières (CVS) à législation et barème constants, ce qui signifie que les ressources des allocataires de la prime d’activité augmentent plus vite que l’inflation », précise la Cnaf.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum