Laïcité à l’hôpital public : Annick Girardin à l’écoute des personnels

Laïcité

La ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, a souligné vendredi 23 septembre la « très forte implication » des personnels hospitaliers face aux « difficultés » qu’ils rencontrent en termes de respect de la laïcité, à l’occasion d’une visite consacrée à ce sujet à l’hôpital Bichat-Claude Bernard à Paris.

Face aux revendications communautaires qui peuvent s’exprimer à l’hôpital, si « les incidents sont rares », a dit la ministre, ces questions spécifiques « demandent une implication très forte des agents pour négocier », a-t-elle reconnu à l’issue d’échanges avec une quinzaine de médecins, infirmières, sages-femmes, aides-soignantes et cadres hospitaliers de l’établissement.

Patient refusant d’être examiné par un médecin du sexe opposé, ou que sa femme le soit, patient sonnant le personnel de garde « à trois heures du matin pour lui demander d’allumer la lumière » parce que c’est shabbat, refus de transfusion, tensions autour des visites des familles quand les patients sont en chambre double, régime alimentaire particulier, y compris pour les bébés… Les soignants ont témoigné de situations « parfois difficiles », mais qui restent « minoritaires », même si elles nécessitent de « négocier ».

Aux urgences, l’un des deux services les plus concernés avec la maternité, il existe « toute une stratégie de gestion des conflits au quotidien », pour les éviter, a expliqué un médecin. Beaucoup passe aussi par des explications « en amont » afin de devancer les difficultés dans un contexte d’urgence, a témoigné une sage-femme.

S’ils font face, les personnels reconnaissent que c’est parfois « limite ». « On se demande où on est et où on va », a dit une infirmière puéricultrice. D’où l’importance, pour eux, d’avoir « des règles », comme la charte de la laïcité dans les services publics et plus récemment, le guide spécifique à l’hôpital publié en début d’année par l’Observatoire de la laïcité.

« Des difficultés existent mais on peut trouver des solutions », a observé la ministre. « Il faut apprendre à mettre des limites (…) mettre en place des outils », a-t-elle ajouté, évoquant la formation ou des plateformes d’échanges.

Pour « accompagner » les agents, notamment hospitaliers et territoriaux « en première ligne sur le terrain » face à ces questions, la ministre a installé en juin une commission « Laïcité et fonction publique », présidée par l’ancien ministre Émile Zuccarelli, qui devrait rendre ses préconisations en décembre.

 

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2016

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum