Médecins du Monde tire la sonnette d’alarme sur l’état de santé des exclus

Lutte contre les exclusions

L’état de santé des précaires a subi une dégradation brutale en 2010 selon une étude publiée par Médecins du monde.

C’est encore un bilan sombre que dresse cette année le 10e rapport annuel sur l’accès aux soins des plus démunis en France publié par Médecins du monde en octobre 2010. Cependant le diagnostic 2009-2010 de Médecins du monde diffère des années précédentes. Les politiques répressives de sécurité et d’immigration menées par le gouvernement et la crise économique ont eu un impact sur l’état de santé des plus pauvres et ont aggravé la situation sanitaire déjà très difficile des plus démunis.

Présentes au travers de 104 programmes dans 29 villes, les équipes de Médecins du Monde témoignent des conditions d’accès aux soins des personnes les plus vulnérables.

Entre 2007 et 2009, + 17 % d’augmentation de patients reçus dans les consultations médicales de Médecins du monde, pour la majeure partie des étrangers. En tout ce sont 25 863 patients qui ont été reçus dont 18 668 nouveaux patients pour 40 341 consultations, dont 84 % des personnes reçues par MdM ne bénéficient ni de l’aide médicale d’État (AME), ni de la couverture maladie universelle (CMU). Le retard aux soins a doublé sur la même période passant de 11 % à 22 % : les personnes reçues dans les dispensaires de l’ONG ont recours aux soins avec retard, et elles le font « quand elles n’ont vraiment plus le choix » ce qui conduit à l’aggravation de leur état de santé. Selon l’organisation non gouvernementale (ONG), la complexification des démarches administratives (demandes de pièces abusives, durcissement des pratiques, renforcement des contrôles…) expliquerait cette augmentation et restreindrait l’accès aux soins en décourageant les personnes qui y ont droit.

L’année 2009 est marquée également par une hausse significative de la fréquentation des mineurs (+ 30 % de mineurs reçus par rapport à 2008). Plus de la moitié de ces patients mineurs (50,6 %) sont âgés de moins de 7 ans et seul un tiers sont à jour des vaccinations, 26,5 % ont entre 7 et 12 ans et 23 % entre 13 et 17 ans. Les mineurs comme les adultes connaissent de grosses difficultés de logement : 33 % sont hébergés par un organisme ou une association, 36 % dans un logement précaire et près de 9 % vivent à la rue.

De même, les équipes mobiles ont constaté une hausse significative du nombre de personnes vivant à la rue (+ 21 %) et de personnes concernées par une demande d’asile (+ 20 %).

L’ONG dénonce les « expulsions répétées, les restrictions des droits, le démantèlement des lieux de vie » qui a pour effet d’empêcher les équipes d’assurer le suivi médical nécessaire et le traitement des maladies chroniques.

En termes de santé publique, les conséquences sont désastreuses et Médecins du Monde continue de demander un seul système de couverture maladie pour toutes les personnes résidant en France et vivant sous le seuil de pauvreté par l’inclusion de l’AME dans la CMU.
 

Pour en savoir plus :

Téléchargez le document au format pdf Rapport annuel de l’Observatoire de l’accès aux soins de la mission France de Médecins du Monde, octobre 2010

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum