Lancement d’un nouveau service civique pour accompagner les seniors, 2 000 jeunes attendus

Personnes âgées

Le gouvernement a lancé début mars un « nouveau service civique solidarité senior » qui prévoit « l’engagement et la formation de 2 000 jeunes », chargés d’accompagner près de 45 000 personnes âgées plongés dans un isolement exacerbé par la Covid-19.

En France, « 900 000 seniors souffrent de solitude », rapporte le communiqué de presse commun aux ministères de l’Autonomie et de la Jeunesse du 3 mars 2021, citant une étude de l’institut CSA.

« S’engager au service de nos aînés quand on a 20 ans, c’est comprendre que par-delà les générations, par-delà les époques, (…) il y a un présent à partager », a déclaré la ministre déléguée chargée de l’Autonomie, Brigitte Bourguignon, lors d’une conférence de presse.

« Nous avons ouvert fin novembre 10 000 missions supplémentaires de service civique auprès de nos aînés, en situation d’isolement social ou de vulnérabilité », a rappelé Brigitte Bourguignon. « Nous savons combien ces derniers mois, les situations de solitude et d’isolement se sont aggravées », a-t-elle ajouté.

L’objectif du programme est de « renforcer les liens entre les générations », ont souligné les deux ministres.

« L’isolement est un mal de notre temps, et cette solitude tue (…). Soit on la regarde et on ne fait rien, soit on s’en saisit », et « notre jeunesse a envie d’agir, elle recherche du sens, elle a envie d’engagement », a estimé la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, Sarah El Haïry.

Pour des acteurs du secteur, cette mobilisation nationale permet aussi de promouvoir « des métiers de services aux personnes âgées et ceux du grand âge auprès des jeunes, un secteur qui peine à recruter ».

« D’ici 3 ans, ce sont près de 300 000 personnes isolées qui seront accompagnées grâce à quelque 10 000 jeunes volontaires engagés » pour cette opération, souligne le communiqué de presse.

Les missions de service civique, engagement citoyen de plusieurs mois ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans et rémunéré autour de 580 euros par mois, consistent à mener des activités de loisirs, accompagner des aînés dans l’utilisation des nouvelles technologies ou encore sensibiliser à l’application des mesures barrières lors des visites des familles.

Lieux de vie des plus vulnérables au coronavirus et mis à rude épreuve depuis le début de l’épidémie, les 7 400 Ehpad du territoire accueillent près de 600 000 personnes. Parmi ces établissements, seuls 500 reçoivent aujourd’hui des jeunes en service civique.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article