Le Défenseur des droits se soucie du sort des retraités

Personnes âgées

Le Défenseur des droits s’alarme à nouveau du retard accumulé par la Cnav dans le traitement des dossiers de retraite.

Le Défenseur des droits est à nouveau intervenu, fin 2014, auprès de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) au sujet des difficultés récurrentes rencontrées par les assurés lors de la liquidation de leurs pensions de retraite du régime général. En 2013, l’instance alors dirigée par Dominique Baudis avait été alertée sur la situation de retraités ayant déposé leur demande de pension et demeurant, plusieurs mois après leur cessation d’activité, dans l’attente du versement effectif de leur pension de vieillesse.

« En raison de l’ampleur des retards subis par plusieurs milliers d’assurés », le Défenseur des droits avait décidé de formuler une recommandation. Il demandait à la Cnav de prendre toutes les dispositions nécessaires pour permettre le retour à une situation normale, au début de l’année 2014. Dominique Baudis avait « expressément souligné la nécessité d’engager une réflexion approfondie sur les risques générés par les pics de départs à la retraite afin d’éviter, à l’avenir, qu’une telle situation ne se reproduise », rappelle son successeur.

S’inscrivant dans la démarche de son prédécesseur, Jacques Toubon a constaté, « avec regret, que les mesures conjoncturelles annoncées ne semblaient pas correspondre à l’effort d’anticipation qui était nécessaire ». Le nouveau Défenseur des droits déplore, ainsi, le fait que 10 000 assurés voient, à ce jour, la date de paiement de leur pension différée au-delà de sa date d’effet et se trouvent, de fait, privés de ressources, notamment dans les régions Nord-Picardie et Languedoc-Roussillon. « Face à l’urgence de la situation et aux conséquences dommageables pour les futurs pensionnés », Jacques Toubon a appelé, le 21 novembre 2014, l’attention de la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes.

En réponse, Marisol Touraine a annoncé, à la veille de Noël, le déblocage de moyens exceptionnels concernant 6 000 retraités dans le Nord. À savoir : une aide d’urgence pouvant atteindre 800 euros, accordée dès la fin du mois de décembre 2014. La ministre a également déclaré que des moyens humains seront mobilisés afin de traiter en priorité les personnes retraitées privées de ressources.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum