Les Ehpad plutôt en bonne santé économique

Personnes âgées

La CNSA vient de rendre public son rapport sur la situation économique et financière des Ehpad en 2018.

Dans l’ensemble, en 2018, la situation économique et financière des établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), tous statuts confondus – public, privé non lucratif et privé commercial -, était équilibrée, révèle le rapport rendu public fin mai 2020 par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Ces établissements présentent « une situation financière globalement saine, mais des signes de fragilité ». Ainsi, en 2018, plus de la moitié des 3 818 Ehpad analysés disposaient d’une capacité d’autofinancement satisfaisante. Cela signifie qu’ils sont en mesure de dégager annuellement les fonds nécessaires à des investissements, au remboursement d’emprunts ou à la consolidation de leurs fonds propres. Ces tendances globales masquent toutefois la diversité des situations entre établissements, dont certains présentent des signes de fragilité.

En effet, 12 % des Ehpad étudiés affichent une insuffisance d’autofinancement, observe la CNSA. Et un peu plus d’un millier d’établissements étaient déficitaires en 2017 et en 2018. « Ces déficits peuvent résulter de facteurs conjoncturels ou révéler des déséquilibres structurels », précise la Caisse.

Par ailleurs, « l’investissement reste un enjeu majeur », estime la CNSA. En effet, les taux de vétusté médians sont élevés, dépassant par exemple 60 % pour les installations techniques, matériels et outillages, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé non lucratif, et les capacités d’investissements lourds à long terme semblaient plutôt limitées à la fin de l’exercice 2018.

Autre constat : en 2018, sur la base d’un panel de 3 872 Ehpad, la CNSA enregistrait un taux d’encadrement du personnel médian de 63,4 équivalents temps plein (ETP) pour 100 places. Ce taux médian, toutes sections et toutes fonctions confondues, s’avère relativement stable par rapport à 2017, voire en légère progression (+ 0,4 %), probablement du fait de l’augmentation des effectifs d’aides-soignants (AS), d’aides médico-psychologiques (AMP) et d’accompagnants éducatifs et sociaux (AES). Ces trois professions, ainsi que les agents des services hospitaliers, représentent à eux seuls près des trois quarts du personnel des Ehpad (plus de 72 %), rappelle la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Posté le par

Recommander cet article