Les prix des Ehpad ont franchi la barre des 2 000 euros en 2019

Personnes âgées

La CNSA propose une nouvelle étude des tarifs des établissements pour personnes âgées, axée notamment sur l’analyse des disparités territoriales.

En 2019, le prix mensuel médian d’une place en Ehpad a progressé de 27 euros (+ 1,39 %) pour s’établir à 2 004 euros, a révélé la CNSA, le 23 avril 2021. Ce tarif s’entend pour un hébergement permanent en chambre individuelle et a été calculé sur un échantillon de 6 751 Ehpad (soit 90 % des établissements pour personnes âgées dépendantes). Les écarts de prix (prix hébergement + tarif dépendance GIR 5-6) entre les Ehpad s’avèrent importants, observe la CNSA. Ainsi, pour les 10 % les moins chers, il est inférieur à 1 724 euros par mois ; pour les 10 % les plus coûteux, il est supérieur à 2 909 euros par mois.

Au final, en 2019, le prix journalier médian d’hébergement permanent s’établissait à 61,11 euros pour une chambre individuelle. L’écart de prix médian entre un établissement habilité ou non à l’aide sociale à l’hébergement (ASH) s’élève à 27 euros, puisqu’il est de :

  • 57,97 euros pour une chambre individuelle d’un établissement habilité à l’ASH ;
  • 85 euros pour une chambre individuelle d’un établissement non habilité à l’ASH.

Les tarifs hébergement sont fortement corrélés aux prix au mètre carré des ventes de maisons et d’appartements pour l’année 2019, rapport la CNSA. Sans surprise, plus le prix de l’immobilier est élevé dans un département, plus le prix en établissement l’est également. Le prix médian d’une chambre seule en hébergement permanent varie ainsi de 1 628 euros par mois pour la Haute-Saône à 3 264 euros par mois dans le département des Hauts-de-Seine, soit un prix deux fois supérieur.

Les tarifs se révèlent particulièrement élevés dans la couronne parisienne, mais également en Guadeloupe. Ils sont également élevés dans les Alpes-Maritimes et, de façon générale, dans les départements méditerranéens de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (de 2 500 euros à 2 900 euros par mois). Les prix sont par ailleurs plus faibles, s’élevant à moins de 1 900 euros par mois, dans le centre du pays, ainsi que dans certains départements du Nord-Ouest.

Pour les mêmes raisons, on observe de fortes disparités entre certaines métropoles et leur périphérie. Ainsi, les métropoles affichant les prix médians d’une chambre individuelle en hébergement permanent les plus hauts enregistrent les écarts les plus élevés avec leur périphérie : les écarts de tarifs entre les métropoles de Tours, Orléans, Nancy, Toulouse, Paris, Lyon, Toulon et leur périphérie respective s’élèvent à plus de 10 %. A contrario, les métropoles qui ont les prix médians d’une chambre individuelle en hébergement permanent les plus faibles enregistrent les écarts les plus faibles avec leur périphérie. Ainsi, les métropoles de Saint-Étienne, Clermont-Ferrand, Rennes, Dijon, Brest, Nantes, Rouen, Metz et Bordeaux enregistrent des écarts de prix inférieurs à 4 % avec leur périphérie.

Posté le par

Recommander cet article