Plan de relance de l’économie : des mesures en faveur du secteur des personnes âgées

Personnes âgées

Le gouvernement annonce la mise en chantier, dès 2009, de trois maisons de retraite supplémentaires par région.

Le président de la République a présenté, le 4 décembre 2008 à Douai (Nord), son plan de relance de l’économie française. À cette occasion, Nicolas Sarkozy a précisé que « plus de 200 millions d’euros seront dévolus à la mise en œuvre d’un plan d’équipement rapide, sur l’année 2009, en crèches, en maisons de retraite et en unités nouvelles pour malades difficiles destinées aux hôpitaux psychiatriques français ». Rappel : le montant total du plan de relance est chiffré à quelque 26 milliards d’euros.

Les champs des personnes âgées et des personnes handicapées, qui relèvent de la responsabilité du secrétariat d’État à la Solidarité, se voient attribuer 70 de ces 200 millions. Ces 70 millions d’euros proviennent des réserves de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), les 130 millions restants devant permettre de financer la création de places en crèches et en unités de soins psychiatriques.

En déplacement à Droué (Loir-et-Cher) le 15 janvier, pour visiter l’EHPAD « Les Cygnes », la secrétaire d’État chargée de la Solidarité a détaillé l’utilisation qui sera faite des 70 millions d’euros dédiés à son domaine de compétence. « 50 millions seront affectés à la construction de maisons de retraite et 20 millions à la construction de structures accueillant les personnes handicapées », a déclaré Valérie Létard.

Des places supplémentaires dans les établissements pour personnes âgées

Ces crédits nouveaux vont permettre de créer 5 000 places supplémentaires dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées en 2009, en plus des 7 500 prévues initialement. Au total, le gouvernement va donc financer 12 500 places de maisons de retraite au cours de l’année. « Cela revient à augmenter le nombre de créations de places de plus de 60 % en 2009, se félicite le secrétariat d’État. Cela revient, également, à créer, en moyenne, 3 maisons de retraites médicalisées supplémentaires par région. Cela pourra être plus dans les régions très peuplées ou peu équipées. » Valérie Létard va donner des instructions à la CNSA « pour que les subventions soient versées beaucoup plus rapidement ». Ainsi, les établissements débutant les travaux en 2009 devraient bénéficier des subventions « dès le démarrage des chantiers ». La priorité sera accordée aux « établissements pratiquant des tarifs accessibles aux usagers et qui s’engagent, explicitement, dans la prise en charge de la maladie d’Alzheimer ». Après recensement par la CNSA, la liste des établissements prenant part au plan de relance sera rendue publique fin mars. « Plus d’aide à l’investissement revient à diminuer le montant des intérêts d’emprunt et le reste à charge pour l’usager », insiste le secrétariat d’État à la Solidarité.

La création d’emplois dans le secteur médico-social

«  La solidarité n’est pas seulement une charge, elle est aussi créatrice d’emplois », précisent les services de Valérie Létard. Ainsi, dans le secteur médico-social, l’effort financier accompli dans le cadre du plan de relance doit permettre « le recrutement de près de 10 000 nouveaux emplois soignants, qui viendront s’ajouter aux 10 000 à pourvoir et dont le recrutement est en cours ». Ces recrutements vont renforcer le plan des métiers au service des personnes âgées dépendantes et des personnes handicapées que la secrétaire d’État a lancé en février 2008. Son objectif est de former et recruter 400 000 personnes avant 2015 !

Quelques chiffres clés :

  • Nombre de maisons de retraite

10 000 EHPAD en France (dont 8 000 médicalisés et 2 000 logements foyers), pour 650 000 personnes âgées accueillies en maisons de retraite (dont 550 000 médicalisées).

  • Personnels

350 000 personnels soignants (dont 180 000 personnels soignants direct), soit 6 personnes pour 10 résidents.

  • Financement des maisons de retraite

L’État subventionne les établissements à hauteur de 10 000 euros par an et par place. Les départements y participent au titre de la dépendance (1,5 milliard) et de l’aide sociale (1,1 milliard d’euros). L’assurance maladie verse plus de 5,5 milliards d’euros par an. Les collectivités publiques dépensent plus de 3 milliards d’euros en aides diverses. Les personnes hébergées payent un reste à charge moyen d’environ 1 600 euros par mois.

  • Maintien à domicile

Répit aux aidants : création de 3 250 places en accueil de jour et en hébergement temporaire.
D’ici à 2012, des structures de répit pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum