Favoriser l’accès à la culture des personnes en situation de handicap

Personnes handicapées

Devant la Commission nationale Culture et Handicap, Marie-Arlette Carlotti a rappelé les engagements du gouvernement.

La ministre déléguée chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, Marie-Arlette Carlotti, a présidé, le 14 janvier, la Commission nationale Culture et Handicap, au côté de la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti. En présence des associations représentatives de personnes handicapées, des établissements culturels, du Centre national du cinéma (CNC), du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et de France Télévisions, les deux ministres ont rappelé la feuille de route adoptée par le Comité interministériel du handicap (CIH) du 25 septembre 2013.

– Afin d’améliorer l’accès des personnes handicapées à la lecture, quel que soit le type d’adaptation en fonction du handicap, l’exception au droit d’auteur sera améliorée et étendue à plusieurs handicaps. Marie-Arlette Carlotti  souhaite que la presse écrite soit accessible à tous, en mettant à profit les éditions numériques qui permettent de développer les canaux d’accessibilité. Une charte d’accessibilité sera ainsi élaborée et signée avec les acteurs volontaires du secteur.

– La ministre a salué les efforts réalisés en matière d’accessibilité des programmes télévisés, notamment par le sous-titrage et l’audio-description. Cette dynamique doit encore être renforcée. La généralisation des décodeurs vocalisant, comme celle de l’affichage du sous-titrage sur les écrans dans les lieux publics, feront l’objet de nouveaux chantiers interministériels. Par ailleurs, l’interprétation en Langue des Signes Française des programmes télévisés devrait être développée, en particulier des journaux télévisés sur les chaînes publiques.

– À la veille des élections municipales et européennes de 2014, Marie-Arlette Carlotti a insisté sur l’importance de l’accès de tous à la vie démocratique. La ministre a confirmé le lancement prochain d’une mission parlementaire pour définir le niveau d’accessibilité attendu des campagnes électorales et de leurs déclinaisons audiovisuelles.

– Conformément aux décisions du CIH, un arrêté relatif à l’accessibilité des cinémas a été préparé. Ce texte prévoit, entre autres, l’équipement des salles pour la diffusion du sous-titrage et de l’audio-description. Le CNC soutient les producteurs pour qu’ils rendent leurs films accessibles dès la postproduction. La ministre a salué le développement, depuis quelques semaines, de séances sous-titrées de films français dès la semaine de leur sortie en salle. Un groupe de travail va s’attacher à garantir la disponibilité des modules d’accessibilité sur toute la chaîne de diffusion des œuvres : depuis la sortie en salles jusqu’à la vidéo à la demande, en passant par la télévision, les DVD et la télévision connectée. Enfin, pour renforcer la représentation du handicap sur les écrans, la composition de la commission diversité du CNC intégrera un membre représentant le secteur du handicap.

– En collaboration avec le CSA, Marie-Arlette Carlotti prépare une charte pour développer l’accueil d’étudiants handicapés dans les écoles de journalisme et d’audiovisuel, avec le soutien des médias audiovisuels. Cette charte sera signée dans les prochaines semaines, à l’issue de la concertation déjà engagée avec les écoles et les chaînes de radio et de télévision.

– Autre chantier : l’accessibilité des festivals. La ministre a signé, en 2013, la charte d’accessibilité du Festival des Eurockéennes à Belfort et a soutenu son organisation avec Aurélie Filippetti, afin que les dispositifs d’accessibilité soient développés et mutualisés entre plusieurs festivals.

– La ministre déléguée chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion a rappelé son engagement pour l’accès à la culture des personnes accueillies en établissement. L’extension de la convention « culture et santé » au secteur médico-social a fait l’objet d’expérimentations, en mobilisant conjointement Agences régionales de santé (ARS) et Directions régionales des affaires culturelles (DRAC) de plusieurs régions. Cette collaboration sera poursuivie et développée en 2014. Par ailleurs, l’action des établissements et services d’aide par le travail (ESAT) culturels devrait être valorisée.
L’ensemble des chantiers engagés suite à cette Commission nationale Culture et Handicap feront l’objet d’un premier bilan lors de la prochaine Conférence nationale du Handicap.

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum