Handicap : une campagne pour « dépasser les préjugés »

Personnes handicapées

« Voir les personnes avant le handicap » car il ne les « définit pas » : le gouvernement lance lundi 18 octobre 2021 une campagne nationale de communication pour « faire changer le regard » et « dépasser les préjugés ».

Déclinée sur internet, à la télévision, au cinéma et par affichage, cette campagne de sensibilisation est la première mise en œuvre par les pouvoirs publics sur ce sujet depuis plus de 15 ans. Elle veut « interpeller les spectateurs sur leur propre regard », indique-t-on au secrétariat d’État chargé du handicap. Dans les trois clips réalisés par le comédien et cinéaste Yvan Attal, des personnes handicapées sont confrontées à des regards surpris mais pour une autre raison que leur handicap. Comme dans cette vidéo où un collégien s’attable à la cantine au côté d’un jeune de son âge qu’il ne connaît pas. Au moment où le premier laisse apercevoir sa prothèse de bras, le second s’exclame « j’y crois pas ! ». Mais pour ajouter aussitôt : « Enfin quelqu’un qui aime les betteraves et les choux de Bruxelles comme moi ! »

La campagne, d’un coût de 3,5 millions d’euros, se décline également sous forme de 10 portraits photographiques, réalisés par Sylvie Lancrenon, dont les légendes évoquent les passions ou compétences des modèles (le sport, les jeux vidéo, le théâtre, etc.) mais pas leur handicap. « Le but, c’est de dire qu’on s’arrête encore trop au handicap des gens, alors qu’il faut voir la personne avant tout », a expliqué à l’AFP la secrétaire d’État chargée du dossier Sophie Cluzel. « Il y a encore une trop grande défiance, trop de gens qui pensent par exemple le handicap à l’école, c’est possible, mais pas dans la classe de mon enfant », a-t-elle ajouté. Les valeurs spontanément associées au handicap sont encore globalement négatives, trop souvent liées au malheur, à la difficulté ou à la souffrance, souligne le gouvernement : selon une étude Harris Interactive menée en avril dernier pour la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), 64 % des personnes interrogées estiment que le handicap est un « obstacle au bonheur et à une vie épanouie », et 19 % que les personnes handicapées « ne sont pas capables de travailler » – un chiffre qui monte même à 35 % chez les moins de 35 ans.

Face à ces préjugés, les promoteurs de la campagne assument leur choix d’un « ton bienveillant et engageant ». Un parti pris qui, justement, « laisse sur leur faim » les associations, a indiqué à l’AFP Arnaud de Broca, président du Collectif Handicaps. « Sur le principe, on ne peut que se réjouir du lancement d’une campagne sur ce thème. Mais nous nous interrogeons sur la pertinence de ce message » qui laisse entendre « que tout va bien », a poursuivi M. de Broca. Face à des « discriminations multiples », « nous aurions attendu une campagne plus percutante, qui fasse davantage réfléchir », a-t-il ajouté.

Copyright © AFP : « Tous droits de reproduction et de représentation réservés ». © Agence France-Presse 2021

Posté le par

Recommander cet article