Première formation certifiante à l’assistance sexuelle des personnes en situation de handicap

Personnes handicapées

Sept premiers assistants sexuels viennent d’être certifiés en France, à l’issue de plus de 12 mois de formation.

L’association française CH(s)OSE et son homologue suisse Corps Solidaires ont organisé la première formation certifiante en France à l’accompagnement sensuel et l’assistance sexuelle des personnes en situation de handicap.

À l’issue de plus de 12 mois de formation (120 heures d’enseignement), sept assistants sexuels ont ainsi été certifiés mi-juillet. Ces personnes – 4 Suisses et 3 Françaises, 1 homme et 6 femmes – sont désormais formées à l’assistance sexuelle qui vise à prodiguer une attention sensuelle, érotique et/ou sexuelle à une personne en situation de handicap n’ayant pas accès à son corps, ou à permettre – à leur demande – l’acte sexuel à deux personnes qui ne peuvent l’accomplir sans aide.

Avec cette formation, les associations CH(s)OSE et Corps Solidaires souhaitent « apporter des réponses concrètes et adéquates à toutes les personnes en situation de handicap privées d’accessibilité au plaisir corporel sexué. »

Cette pratique demeure néanmoins toujours difficile en France. En effet, sur le plan juridique, la mise en relation entre ces assistants sexuels et d’éventuels bénéficiaires est assimilée à du proxénétisme.

Les personnes en situation de handicap sont alors considérées comme des clients de prostitution. Ce qui est aussi répréhensible en France. C’est pourquoi l’association CH(s)OSE demande une exception à la loi se rapportant aux articles du Code pénal qui répriment le proxénétisme, pour que l’assistance sexuelle puisse s’exercer en France dans le cadre d’un service d’accompagnement à la vie sexuelle.

En Suisse, comme dans d’autres pays, l’assistance sexuelle peut déjà se développer légalement.

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum