Enfance en danger : communication renforcée sur les missions du 119

Protection de l'enfance

Le ministère de la Justice et le groupement « Enfance en danger » ont conclu un partenariat renforcé.

La Direction de la protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ) du ministère de la Justice et le Groupement d’intérêt public « Enfance en danger » (GIPED) ont signé, le vendredi 7 juillet, une convention de partenariat en faveur d’une communication renforcée sur les missions du 119, le Service national d’accueil téléphonique pour l’enfance en danger (SNATED), dont la gestion est assurée par le GIPED.

Institué par la loi du 10 juillet 1989 relative à la prévention des mauvais traitements à l’égard des mineurs et à la protection de l’enfance, le SNATED numéro d’urgence 119 remplit deux missions principales :

  • La prévention et la protection : les écoutants accueillent les appels d’enfants en danger ou en risque de l’être et de toute personne confrontée à ce type de situations, pour aider à leur dépistage et faciliter la protection des mineurs en danger
  • La transmission des informations préoccupantes concernant ces enfants aux services départementaux compétents, les cellules de recueil des informations préoccupantes (CRIP), afin d’évaluer la situation.

Une première convention avait été signée le mardi 9 décembre 2014 entre la DPJJ et le SNATED pour la mise en place d’actions de formation (statutaire et continue), d’information, de communication et le partage de bonnes pratiques. Celle-ci prévoyait également l’implication de la DPJJ dans les campagnes de diffusion de l’affiche officielle du 119. La nouvelle convention d’objectifs, couvrant la période 2017-2019, vient renforcer cette collaboration.

En effet, le SNATED s’engage à mettre gracieusement à disposition de la DPJJ, chaque année à la date anniversaire de sa signature, 1 250 affiches officielles du 119, ainsi que 2 500 plaquettes de présentation du service.

En contrepartie, la DPJJ s’engage à rappeler régulièrement, à l’ensemble des établissements et services du secteur public et du secteur associatif habilité, l’obligation d’affichage du visuel officiel du 119 et de mise à disposition des documents d’information auprès des usagers.

Pour mémoire, dans 30 % des cas, ce sont directement les parents qui composent le 119. Dans 50 % des cas, il s’agit d’autres membres de la famille. Les 20 % d’appels restants sont passés par des membres de l’entourage ne faisant pas partie de la famille.

Par ailleurs, sur la totalité des appels dits « de contenu », c’est-à-dire évalués par les agents du pré-accueil comme concernant bien les missions dévolues au service, 53 % ne sont pas jugés préoccupants et sont traités immédiatement par les écoutants, qui peuvent éventuellement orienter les personnes vers des structures locales ou répondre à une demande d’information précise.

En revanche, 47 % de ces appels concernent bien des informations préoccupantes devant faire l’objet d’une transmission aux services départementaux.

Une équipe de coordonnateurs encadre les professionnels du pré-accueil et du plateau d’écoute et assure l’interface entre le SNATED et les partenaires de la protection de l’enfance.

Ces coordonnateurs maîtrisent l’ensemble des procédures de transmission d’informations préoccupantes, valident les comptes-rendus d’entretiens et en assurent le suivi.

Ils sont en relation permanentes avec les cellules de recueil des informations préoccupantes des départements.

Pour en savoir plus : www.allo119.gouv.fr

Posté le par Rédaction Weka

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum