Vers une réforme des diplômes du travail social

Sanitaire et social

La Commission professionnelle consultative du travail social et de l’intervention sociale (CPC) a rendu, mi-octobre, son premier rapport dans le cadre de la réflexion engagée sur la réforme des diplômes du travail social.

La secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion a reçu, mardi 11 octobre, le premier rapport de la Commission professionnelle consultative du travail social et de l’intervention sociale (CPC) dans le cadre de la réflexion engagée sur la réforme des diplômes du travail social. Commandé mi-février par Ségolène Neuville, ce rapport sur « le schéma directeur global des formations sociales » s’inscrit dans le plan d’action en faveur du travail social et du développement social, présenté par le gouvernement en octobre 2015.

« Réformer les diplômes du travail social, c’est non seulement reconnaître l’importance de ces métiers en les revalorisant, mais c’est aussi offrir aux travailleurs sociaux des passerelles avec l’université et ainsi donner de nouvelles perspectives à ces professionnels », a déclaré Ségolène Neuville, à l’occasion de la remise du rapport. Celui-ci propose « un cadre de réflexion structurant en vue de la modernisation des modalités et des contenus des formations », a-t-elle souligné. Le rapport de la CPC préconise, notamment :

  • La valorisation de trois filières professionnelles (éducative, sociale, famille/petite enfance), complétées par une filière transverse de management. Cette nouvelle architecture doit permettre « de clarifier le rôle et les missions du travail social au sein de notre société et de renforcer l’attractivité du secteur, tout en préservant pleinement les spécificités de chacun des métiers du travail social », a expliqué la secrétaire d’État.
  • L’élaboration d’un socle commun de compétences pour « renforcer la culture commune des professionnels et favoriser le travail en réseau, mais aussi les mobilités professionnelles ». La CPC propose le contenu de ce socle commun, qui serait organisé en trois « registres » : les compétences éthiques, déontologiques et de positionnement professionnel (Registre 1), les compétences techniques en intervention sociale (Registre 2), les compétences transversales et transférables d’un métier à un autre (Registre 3).
  • Le passage des diplômes de niveau III en niveau II, en lien avec la reconnaissance universitaire au niveau licence, « sans pour autant créer, à ce stade, de nouveaux diplômes de niveau III », a indiqué Ségolène Neuville.

Les travaux de la Commission professionnelle consultative du travail social et de l’intervention sociale vont permettre de « poursuivre la réforme des diplômes en vue de la revalorisation des fonctionnaires relevant de la filière sociale, qui interviendra à partir de 2018, conformément à l’accord Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations (PPCR) », a annoncé la secrétaire d’État. Par ailleurs, « afin de s’assurer que les futurs diplômes correspondent pleinement aux besoins de nos concitoyens », elle a demandé au président de la CPC de veiller à ce que la suite des travaux associe les professionnels du secteur, mais également des représentants des personnes accompagnées. « Faire participer les personnes concernées à l’élaboration des formations des travailleurs sociaux qui sont à leur service est un enjeu fondamental pour s’assurer que les professionnels de demain seront bien formés. C’est, à la fois, un enjeu démocratique et un enjeu de cohésion sociale » a conclu Ségolène Neuville.

Pour en savoir plus : Télécharger le rapport complet

Posté le par

Recommander cet article

Réagissez à cet article sur le forum